Revenir en haut Aller en bas

WHATEVER 2.04 EST LÀ ! VERSION 15 LES DÉTAILS
BIENVENUE SUR WHATEVER, FORUM CROSSOVER SÉRIE TV
AIDEZ-NOUS À PROMOUVOIR LE FORUM : PRD ET BAZZART

Partagez
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 91
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
Unholy trespassingClarke et les FrostiesC’était pour le moins … Étrange. Au milieu de la vague d’immigration causée par un mouvement de panique venant du sud, un nouveau conflit éclatait à Montréal. Elle avait mis du temps à bien comprendre ce qu’était exactement un mutant. En réalité, c’était trois triplettes beaucoup trop identiques pour que ce soit normal qui lui avait fait un topo après que la blonde avait éclaté un tabouret en bois sur la tête d’un idiot qui les insultait.

Elle avait d’abord comparé les mutants aux 100 prisonniers dont elle faisait partie il y a si longtemps, tentant de s’intégrer dans un monde inconnu et surpasser la haine de leurs opposants. Par contre, en voyant l’extrémisme dont pouvaient faire preuve ces mutants, la blonde avait prit la décision de simplement partir et de se tenir loin de ce conflit de mutant. Avec leur sang d’ébène, Madi et elle seraient facilement prises comme des mutantes et la jeune mère préférait vraiment que tous ces problèmes passent sans affecter sa famille.

Toutefois, le destin (portant le nom de Frost Sisters) en décida autrement. Pourquoi elle leur avait laissé son numéro personnel déjà ? Ah, oui, Clarke leur avait dit qu’elle était déjà passée par là et qu’elle était prête à les aider à faire les bons choix pour éviter la violence au maximum. Cependant, elles désiraient que la Skaikru leur rende visite chez elles. Même si Clarke était réticente, elle ne voyait pas ce qui pouvait mal tourner. Elle vivait dans un monde où la paix et la quiétude régnaient et elle n’était pas en plein jeu politique ou en train de combattre l’apocalypse 2.0. De plus, c’était une journée de repos pour elle et Madi était à l’école. Elle pouvait bien se débrouiller toute seule. Pour achever son opposition, sa curiosité prit le dessus. C’est bon, elle voulait savoir ce que ces trois filles lui voulaient !

Elle se prépara rapidement et trouva un certain plaisir à se vêtir d’un haut bleu royal sans manche et d’une jupe noire caressant à peine ses genoux pour combattre la chaleur de l’été québécois. Elle s’arma ensuite de son meilleur allié : Google Map et sortit de son domicile. Se retrouver dans une forêt accueillant des Gorillosaurus-Rex ? Aucun problème. Se retrouver dans Montréal ? Le pire labyrinthe que Clarke avait vu de toute sa vie. Surtout avec les constructions incessantes, les détours à chaque coin de rue, les signalisations meurtrières … Bref, Clarke préférait Polis et ses forêts.

Après un petit voyage qui s’avérait moins pire que prévu, Clarke se retrouvait devant un endroit … Étrange. Elles avaient dit « chez elles », mais elle était devant le … Hellfire Club. De mémoire, elle pensait se souvenir de ce club. Un endroit élitiste et extrêmement luxueux qui accueillait la crème de la crème du capitalisme et des bonnes manières. Si ces Frost Sisters étaient les PDGs du Hellfire ou un truc du genre, Clarke était vraiment dans la merde. Malgré tout, elle entra à l’intérieur et avança lentement vers un serveur, ne pouvant pas s’empêcher de regarder le luxe qu’il y avait partout. Elle qui pensait qu’il n’y avait rien de mieux que la chambre de Lexa au niveau luxueux … Quelques regards se jetaient sur elle, ils devaient sûrement se demander pourquoi une femme sous-vêtue comme elle était ici. Malgré cela, le serveur se tourna vers la blonde avec un grand sourire. « Que puis-je faire pour vous ? » « Les Frost Sisters m’ont dit de venir ici. » « Oh, c’est donc vous l’invitée spéciale ? » « Euh … Oui ? » « Très bien ! Suivez-moi. » C’était … Étrange. Encore. Une pensée alla vers Madi qui dévorait plein de séries télévisées sur le surnaturel. À chaque fois qu’elle racontait le début de l’une d’entre elle, ça ressemblait à ce qui était en train de se passer. Ils passèrent dans une zone VIP et le serveur la laissa devant une porte de « loge ». Le genre de loge qui devait sûrement coûter quelques millions de plus que son appartement plus qu’aisé. Elle cogna à la porte et, quelques secondes plus tard, l’une des Frost Sisters répondit. Clarke observa rapidement son expression froide et ses bras qui reposaient le long de son corps. Génial, Phoebe. Celle des trois que Clarke aimait le moins. Toute sa violence était désagréable. Par contre, elle respectait grandement Esme et elle trouvait Sophie plutôt mignonne. « Salut Phoebe. Vous voulez me voir ? … Tu … Me laisses entrer ? S’il-te-plaît ? »  
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Frost SistersWHATEVERFrost Sisters
ÂGE RÉEL : 28
MESSAGES : 547
ANNIVERSAIRE : 19/12/1990
INSCRIPTION : 12/11/2018
<JOIN US.


Le point de vue du RP est celui d'Esme. Ses dialogues sont en Rouge, ceux de Phoebe en Marron, et ceux de Sophie en Bleu clair.

Le conflit entre les humains et les mutants ne faisait que commencer. Et nous étions convaincues que la diplomatie n’allait pas suffire. Que la politique était un jeu futile. Les humains sont voués à disparaître. C’est l’évolution qui le veut. Nous sommes supérieurs en tout point. Mais à l’instar de Phoebe, je ne conduirai pas un génocide. Ce n’est pas ma façon de faire. Mais je ne laisserai jamais aucun humain venir gêner nos plans, tout comme je ne laisserai aucun humain faire du mal à mes sœurs. Le service Sentinelles a essayé. Ils les avaient emprisonnées. Je les ai tous tués. On les a tous tués. Ils ne méritaient pas notre pitié.

Les humains le savaient. Le vent tournait enfin, avec la chute des USA. Malheureusement, les USA étaient plus devenus un No Man’s Land qu’une nation mutante. Cette fois, au Canada, Reeva comptait bel et bien nous mener à bien jusqu’à notre objectif final. Objectif qui n’allait pas être facile à atteindre. Nos ennemis commençaient à s’équiper pour nous tuer. Nous emprisonner n’était plus leur objectif. Trop compliqué, trop coûteux. Ils préféraient nous abattre comme des chiens. Un groupe anti-mutant créé par des civils, les Purificateurs, faisait tout pour nous exterminer jusqu’au dernier, n’hésitant pas à organiser ce qui ressemblait de plus en plus à des battues. Ils n’avaient aucune pitié pour les mutants, même inoffensifs. Ils avaient même massacré tous les patients mutants d’un hôpital.

Aujourd’hui, on tentait de recruter une nouvelle mutante parmi nos rangs.  Une jeune femme qui s’était interposée entre nous et un humain. Elle avait bien fait, Phoebe allait le tuer de la pire des façons. Et même si elle ne semblait pas du tout partager les mêmes idées que nous, on avait quand même essayé de la convaincre de nous laisser au moins une chance.

On attendait patiemment dans le bureau de Reeva, qui était aussi le nôtre quand elle était absente. Elle nous laissait gérer le Cercle en son absence, car nous étions les seules à avoir sa confiance. Après tout, elle était la mère que nous n’avions jamais eue. Elle nous avait recueillie… nourrit logés… On lui devait beaucoup.

Notre future recrue ne tarde pas à arriver. Elle toque à la porte et Phoebe vient l’accueillir… comme il se doit. Enfin c’est ce que je croyais. Phoebe n’est pas vraiment accueillante. Elle n’aime pas cette fille, elle ne lui fait pas confiance. Mais ça n’influe pas mon jugement. Phoebe n’aime personne d’autre que Sophie et moi.

Pendant quelques secondes, elle observe Clarke de la tête aux pieds. Elle ne réponds pas immédiatement à la blonde, une sorte de façon d’intimider, de lui faire comprendre qu’elle n’hésiterait pas à la tuer sur le champ s’il le fallait. Mes yeux s’illuminent, j’ordonne par télépathie à Phoebe de la laisser tranquille. Et elle râle, comme d’habitude. Sophie et moi sourions à notre invité, et lui faisons signe de la main de venir s’asseoir sur le fauteuil de l’autre côté de notre bureau.

« Pardonnez Phoebe, elle peut manquer… de délicatesse par moments. » lui dis-je avec un petit sourire, amusée.

« Merci d'avoir répondu à notre invitation. Nous pensons qu’une personne comme vous pourrait être utile à notre cause. » ajoute Sophie.

« Et contrairement à ce que notre première rencontre a pu vous laisser penser… nous ne détestons pas les humains. Nous ne voulons pas les exterminer… comme peuvent essayer de faire croire les chaines télé. Tout ce que nous voulons ici, c’est la paix. Pour les mutants, pour les humains.  Nous voulons que les mutants ne soient plus chassés, emprisonnés, tués, parce qu'ils sont mutants.»



Unholy Trespassing [FT: Frost Sisters] [Flashback] Frost
Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 91
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
Unholy trespassingClarke et les FrostiesPhoebe restait plantée là à fixer Clarke. Tentait-elle de l’intimide ? Après avoir vu une trentaine de ses amis se faire abattre, la blonde avait eu le courage et la détermination d’avancer vers des Natifs deux fois plus grands, deux fois plus gros et armés sans broncher. Il faudrait plus qu’une fille d’à peu près sa taille qui jouait les dures pour lui faire peur. La blonde haussa un sourcil en penchant légèrement la tête sur la droite pour montrer à Phoebe qu’elle n’était pas impressionnée. Cette dernière finie par soupirer et laissa entrer l’invitée qui reçut immédiatement un meilleur accueil mené par Esme et supporté par Sophie. C’était très troublant de voir trois personnes identiques au comportement opposé ainsi. Clarke n’était pas sûr si elle préférait pouvoir les reconnaître aisément ainsi ou si elle préférerait qu’elles soient réellement identiques. Clarke prit place dans le fauteuil d’un blanc immaculé et d’un confort inégalable. Un petit sourire flottait sur ses lèvres, cette richesse l’impressionnait vraiment. C’était le genre de chose qui, avec le temps, ne lui ferait plus aucun effet. Tout ça tait merveilleux, mais restait horriblement superficiel. Tout ce qu’elle ressentait, en fait, c’était le plaisir enfantin de découvrir. Ça et son corps qui la remercie après tant d’années à le négliger.

Clarke était donc assise devant Esme, flanquée de Sophie sur sa droite et Phoebe sur sa gauche. Elle commença par s’excuser du manque de manière de Phoebe, au grand déplaisir de cette dernière. Sophie fit preuve d’une grande politesse que la blonde n’avait vue que chez une seule personne jusqu’à aujourd’hui jusqu’à ce que celle agissant comme le chef aille directement au but. Wanheda écouta attentivement les mots utilisés tout en analysant les expressions de chacune. Esme était confiante, comme toujours, Phoebe portait un air désapprobateur peu surprenant tandis qu’une teinte d’espoir semblait colorer les iris de Sophie. En résumé, elles semblaient sincères, même si leur comportement lors de la première rencontre en disait long. Clarke s’accouda sur ses genoux, son menton se posant sur ses doigts entremêlés. « Les chaînes d’informations, c’est pour ceux qui ne savent pas s’informer. Ce qui m’inquiète, c’est comment vous avez réagi il y a quelques semaines. Mais nous faisons tous des erreurs, surtout sous le coup de la colère. Je suis prête à vous donner le bénéfice du doute. » Elle prit de longues secondes pour réfléchir. Devait-elle leur faire confiance ? Pas vraiment, mais, sans Lincoln, elle serait morte dans les 21 jours suivant son arrivée sur Terre. Si son parallèle entre les mutants et les 100 était juste, ils avaient besoin d’elle comme elle avait déjà eu besoin de ce Natif aux airs de Roméo. « J’ai déjà vécu ça. J’ai déjà été dans un groupe qui, comme vous, était hors des normes et qui était menacé par la destruction. Et sincèrement ? Vous avez de la chance. » Elle sentit l’un des regards se durcir, mais elle l’ignora royalement, se concentrant sur Esme. Celle-là avait l’esprit vif et elle serait capable de comprendre. « J’étais dans un monde ou tout était basé sur la violence et la guerre. Ici, vous pouvez entreprendre des mesures politiques très facilement. Vous avez des moyens, la preuve, si cet endroit est au service des mutants, vous avez accès à beaucoup plus d’argent que je suis capable de l’imaginer ! »

Clarke se redressa, se tenant cette fois bien droite. Son regard azuré voyagea entre les trois sœurs avant qu’elle reprenne de son même ton sérieux. « Vous êtes prête à avoir l’aide d’une humaine et c’est excellent. Vous devez profiter de tout le soutien que vous pouvez avoir, surtout le soutien humain. Par contre, si vous voulez mon aide, on va faire ça à ma façon. Pas de violence. On se défend lorsqu’on le doit, mais on n’attaque pas, on ne détruit pas. Les massacres resteront la dernière solution. L’homme agit comme si la violence était un chemin plus facile que celui de la paix, montrez-leur qu’ils ont tort. »  
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Frost SistersWHATEVERFrost Sisters
ÂGE RÉEL : 28
MESSAGES : 547
ANNIVERSAIRE : 19/12/1990
INSCRIPTION : 12/11/2018
<JOIN US.


Le point de vue du RP est celui d'Esme. Ses dialogues sont en Rouge, ceux de Phoebe en Marron, et ceux de Sophie en Bleu clair.


Ce qui nous plaisait chez elle, c’est qu’elle semblait avoir du répondant. Mais c’était aussi ce qui ne nous plaisait pas. Quelqu’un qui a du répondant, ça peut être à double tranchant. C’était le cas ici-même. On avait besoin de femmes fortes. Des femmes comme Clarke ou Daisy. Mais on avait besoin d’elles, de notre côté. On avait besoin d’être sûres qu’elles n’allaient pas nous trahir. Et ce n’était pas le cas avec Clarke. Elle n’avait pas les mêmes convictions que nous. Ce n’était peut-être pas de sa faute, après tout elle pouvait très bien être mal renseignée, ou tout simplement en dehors du conflit. Mais de là à dire que l’on avait de la chance de vivre dans ce monde… c’était la phrase de trop. On assimile son petit discours à une leçon qu’elle essaie de nous donner. Et c’est terriblement vexant. Depuis notre naissance, nous sommes au cœur de ce conflit humain contre mutant. On sait de quoi on parle.

Sur le moment, on garde comme on peut notre calme. On attends d’entendre la fin de son raisonnement. Et finalement, à deux trois détails près, on était sur la même longueur d’onde. Son ton « donneuse de leçon » n’était peut-être pas voulu. Mais Phoebe, insistait télépathiquement pour qu’on lui montre tout ce qu’on avait bien vu voir au cours de notre vie. Même si elle allait obtenir beaucoup d’informations sur nous, on espérait pouvoir la convaincre de nous écouter et surtout de nous suivre. Et cela pouvait aussi la rendre empathique, si elle en était capable. Et donc plus à même de nous comprendre nous et nos choix.

Je soupire longuement, regarde mes sœurs pendant quelques secondes et sans rien dire. Phoebe sourit tandis que Sophie hausse les épaules. On s’était mise d’accord. Nos yeux s’illuminent, et on se plonge dans l’esprit de Clarke.

Puis, on y projette des centaines de moment à la fois, provoquant des émotions très ciblées. La colère, la tristesse, le désespoir… la haine. On lui montre ce qu’on a enduré au laboratoire qui nous a crée, quand on s’est servi de nous pour torturer des criminels. Quand on s’est rebellés et qu’on a tué le personnel du laboratoire. Mais aussi quand ils ont tué nos sœurs et qu’on a senti leur mort… et la douleur qui va avec. Puis un saut dans le temps, on lui montre le service Sentinelle qui emprisonne Phoebe et Sophie. Les tortures qu’elles subissent, leurs pleurs la nuit, seules dans leurs cellules, alors qu’elles priaient pour que je vienne les délivrer. Je n’hésite pas non plus à lui montrer le carnage qui s’ensuit pour les libérer. Puis les purificateurs, une milice civile qui traque les mutants. Et pour finir, une vision de ce que pourrait être une nation mutante. La paix et le bonheur. Des enfants qui jouent et qui rient.

On arrête brutalement notre télépathie. On soupire un bon coup… se remémorer tout ça n’est pas forcément plaisant. On la laisse reprendre ses esprits, puis je lâche la voix parfaitement calme.

« Vous n’êtes pas au courant de toutes les pratiques humaines. »

Sophie ajoute : « On ne vous en veut pas. »

« Nous avons besoin, les mutants, de personnes prêtes à se battre. Malheureusement, il est évident que la politique ne suffira pas. Nous ne souhaitons pas un génocide pour autant. Si vous acceptez de nous rejoindre, il faut que nous puissions vous faire confiance. A cent pour cent.»



Unholy Trespassing [FT: Frost Sisters] [Flashback] Frost
Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 91
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
Unholy trespassingClarke et les FrostiesCe qui se produisit après le monologue de Clarke lui laissa un sentiment de doute dans son cœur. Peu importe la manière, ce qu’elle avait dit devrait provoquer une réaction, mais pourtant, les triplettes ne répondirent pas immédiatement. Ce qui donnait l’aspect ésotérique à cette scène était l’impression que les sœurs n’avaient pas besoin d’utiliser des méthodes orales pour communiquer. Que ce soit des regards discrets, un genre de lien empathique théorisé par de nombreux scientifiques sur les jumeaux et ect. ou bien le fruit de longues années de vie commune, elles avaient l’air sur la même longueur d’onde. Esme finit par soupirer et les trois se regardèrent mutuellement.

La blonde se disait de plus en plus qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond dans cette rencontre.

Elle avait raison, mais elle ne savait pas à quel point.

Son instinct n’eut pas le temps de réagir lorsque les trois paires de pupilles commencèrent à luire d’un bleu bien plus éclatant que celui des iris de Clarke. En réalité, elle eut à peine le temps de voir cette manifestation surnaturelle qu’un flot incessant de souvenirs qui n’étaient pas les siens la submergèrent. Au départ, tout était flou, brouillon et beaucoup trop rapide pour que ce soit rapide. Des voix altérées, des cris, certains bruits mécaniques accompagnés par plusieurs émotions. C’était similaire à ce que l’on pouvait s’imaginer des étreintes des âmes damnées puisque, malgré le flot d’émotions qui agissait comme un ouragan destructeur, tout ce que Clarke ressentait était de l’effroi.

Le temps étant devenu une idée vague sans valeur ni influence, Wanheda était incapable de dire si quelques secondes ou quelques années passèrent avant que ces tourments se clarifient de plus en plus et qu’elle soit spectatrice de ce qui semblait être des moments de la vie des trois sœurs.

Elle voit d’abord leur création en laboratoire. Des clones … Tout devenait plus clair. Rapidement, Clarke assista aux conditions de vie horribles et aux souffrances qu’elles ont subies. Plus que l’empathie, la tristesse et l’indignation, Clarke ressenti de la culpabilité. Elle repensait au laboratoire où ils avaient à moitié forcé Luna à leur donner de la moelle osseuse, à cet étranger qu’ils avaient tué en testant leur première tentative de reproduction du Sang d’Ébène et la deuxième, une amie, qui avait failli y passer avant que la blonde décide de se l’injecter dans ses propres veines. Elle pensa aussi aux expérimentations du Mont Weather. Les Humains n’arrêteraient jamais ce genre de chose horrible. Jamais.

La scène changea alors légèrement. Les sœurs, plus nombreuses que les trois se présentant devant elle aujourd’hui, se rebellaient contre leur créateur. Clarke pensa à nouveau au Mont Weather et au levier qu’elle avait baissé dans ce même geste de rébellion, tuant des centaines d’innocents et les malfaiteurs pour sauver son peuple … Son cœur, comme celui des sœurs, c’était brisé ce jour-là. Mais elles, elles avaient sombré dans la haine.

Ce qui s’ensuivit était encore pire. La mise à mort des sœurs que Clarke ne connaissait pas. Esme et les autres avaient tout ressentit, elles avaient ressenti leur mort. Elles avaient fait l’expérience de la Mort. Plusieurs fois. D’autres souvenirs de Clarke se manifestèrent. Finn, son premier amour qu’elle avait poignardé dans le cœur pour l’empêcher de souffrir. Et Lexa. Cette détonation qui détruisit la blonde presque complètement. Clarke était La Commandante de la Mort. Elle la connaissait, l’avait ressentie plusieurs fois. Elle l’avait déjà côtoyé d’une certaine façon. Car elle était la Mort …

Ensuite, elle assista pour la première fois à la véritable torture physique. Voyant deux des sœurs se faire battre encore et encore, prier pour leur libération, prier pour que ça s’arrête. Étonnement, à aucun moment, elles n’avaient souhaité mourir. Les tortures que Clarke avait vécu étaient incomparables. Bien plus psychologique, elle revoyait sa mère, sous le contrôle d’A.L.I.E., la planter à deux reprises avec un scalpel avant de la fixer dans le blanc des yeux et se pendre. Cette vision horrible où tout ce qu’elle avait trouvé à faire était d’hurler en s’excusant d’un ton trahissant la mort de son âme. Puis, juste après, la solitude en voyant tout le monde heureux, se prendre dans leur bras et pleurer de joie en voyant un énième ennemi qu’elle avait retirer de leur route tandis qu’elle était attachée par des tubes médicaux, oubliée et tenant le seul vestige de la personne qu’elle aimait. La Solitude, cette amie insidieuse qui l’a lentement guidée vers sa première tentative de suicide.

Finalement, une vision, un but. Le but exact pour lequel Clarke s’était battu aux côtés de Lexa. La vie devrait être bien plus qu’une simple question de survie.

Tout ça s’interrompit aussi vite que c’était apparu. De nombreuses larmes silencieuses coulent sur les joues de Clarke tandis qu’elle se cramponne à son siège, combattant un vertige et un début de mal de tête. Elles étaient donc télépathes ou un truc du genre. C’était dangereux, très dangereux. Elles ne devaient pas prendre connaissance de Madi, mais avec ce pouvoir … C’était impossible d’être sûre de la cacher. Les clones soupirèrent pour se remettre de leurs propres souvenirs tandis que Clarke réalisait à quel point elle était ébranlée.

Tandis qu’elles prenaient la parole, Clarke détournait le regard pour essayer de reprendre une certaine contenance, ce qui était impossible. Elle écouta attentivement avant de plonger son regard le moins fragile possible dans celui d’Esme. La meneuse avait raison, Clarke était la candidate parfaite. Elles avaient besoin de celle qui avait sauvé la majorité des 100, celle qui avait réussi à faire la paix avec un peuple sanguinaire qui souhaitait qu’une seule chose : voir son peuple exterminé. Un long soupir tremblant quitta les lèvres de l’invitée. « Je suis horriblement désolée pour tout ce que vous avez vécu, croyez-moi. » La résolution se fit alors visible dans son regard. « Je suis prête à me battre. Mais nos combats doivent se livrer dans des palais de justice, dans des rues avec les manifestations pacifiques comme armes. Nous devons informer, vaincre la peur, faire appel au cœur des gens ! Car peu importe comment les humains peuvent être sanguinaires, il y a des bonnes âmes dans chaque camp. Je ne peux pas me permettre de faire la violence, c’est trop dangereux pour- Je ne peux plus. » Clarke était une femme courageuse, prête à aller jusqu’au bout et à se salir les mains pour le bien commun. Mais là, elle devait protéger Madi et si elle retournait dans ce cycle de violence, sa fille deviendrait une cible. Et c’était inacceptable. Si Clarke devait paraître lâche pour le bien de sa fille, elle le ferait sans hésitation. « J’ai mené tellement de combats différents. Militaires, politiques, diplomatiques et même certains pour la survie la plus primale. J’ai littéralement fait la course contre l’Apocalypse. Je sais ce que je fais et vous êtes le parti lésé, vous pouvez me faire confiance. Les méthodes pacifiques sont ma seule condition. »  
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Frost SistersWHATEVERFrost Sisters
ÂGE RÉEL : 28
MESSAGES : 547
ANNIVERSAIRE : 19/12/1990
INSCRIPTION : 12/11/2018
<JOIN US.


Le point de vue du RP est celui d'Esme. Ses dialogues sont en Rouge, ceux de Phoebe en Marron, et ceux de Sophie en Bleu clair.

L’exercice était loin d’être agréable. On ne voulait pas se remémorer tout ces mauvais souvenirs. Mais, comme souvent, c’était aussi très efficace. L’opinion des gens est très souvent basée sur leur expérience personnelle. Une fois notre propre expérience transmise… on peut arriver à des miracles. L’opération nous avait aussi permis d’en apprendre plus sur elle. Malheureusement, lire la mémoire de quelqu’un ne permet pas de tout comprendre. C’était là le cas. On avait pu voir quelques faits marquants de sa vie, mais sans contexte il était dur de profiter de ces informations. Tout comme nous, elle avait vécu des expériences traumatisantes. Ces similarités entre nos passés permettront peut-être de tisser un lien fort et donc profitable entre nous quatre. Aussi, nous réussissons à apprendre un détail très important. Clarke avait une fille. On ne s’en serait jamais douté. Cela pouvait servir, si le tout tournait au vinaigre. On pouvait s’en servir pour la faire chanter. Ou pire.

Impossible de rater les larmes coulant le long de ses joues. On l’avait éprouvée psychologiquement parlant. Ça ne nous étonnait pas vraiment, et ça témoignait de notre réussite. Pendant notre enfance on avait fait bien pire. Une expérience nous avait traumatisée. On nous avait tellement demandé de parcourir le cerveau d’un violeur, à la recherche de réponses, qu’on avait fini par le transformer en légume. On avait détruit son cerveau, neurone par neurone. On ne pouvait pas contraindre infiniment les gens à nous obéir. Et c’est pour ça qu’on avait plus besoin de convaincre Clarke que de la piloter.
La seule condition qu’imposait Clarke était la non-violence. Un léger sourire aux lèvres, je lui réponds alors.

« Nous ne sommes pas taillées pour la violence. » Faisant évidemment référence à notre minceur et notre faiblesse physique évidente.

Phoebe ajoute : « Comprenez cependant que si la vie de l’un d’entre nous, vous y compris, est en jeu… » Phoebe ne termine jamais sa phrase, mais son petit sourire narquois veut tout dire. Et Sophie et moi sommes d’accord avec elles. Même si la violence n’est pas une solution, on ne laissera personne mourir pour éviter de blesser des humains. Je n’irai pas à dire que nos vies valent plus que les leurs, même si c’est ce que Phoebe pense, mais le Cercle est notre famille et on ne laisse pas mourir sa famille.

Sophie se démarque par sa voix fluette : « Dans ce cas, bienvenue au Cercle. »

On se lève toutes les trois de manière synchronisée et Sophie continue :

« Je vais vous montrer vos quartiers. Rien ne vous oblige d’y vivre, même si c’est très confortable. Personne ne dit non au luxe. »

Elle fait signe à Clarke de la suivre, tandis que Phoebe et moi partons rejoindre Reeva, pour un briefing important.

Arrivés à la dite chambre, Sophie lui présente les lieux, timidement comme à son habitude :
« Tout ça c’est à vous. »

La chambre était assez grande, presque 20 m², toute faite de blanc et de noir. Le mobilier très moderne et sobre donnait un côté luxueux indéniable.  La salle de bain comportait une baignoire presque aussi grande qu’un jacuzzi.

« Et si vous avez un souci… n’hésitez pas à venir me voir. »



Unholy Trespassing [FT: Frost Sisters] [Flashback] Frost
Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 91
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
Unholy trespassingClarke et les FrostiesClarke devait s’accrocher fermement à son environnement et utiliser toute sa volonté pour ne pas succomber à ses démons. Ce qui était étonnant, c’était la manière dont elle avait assisté aux épreuves des clones. Elles auraient pu aisément lui faire vivre les évènements plutôt que de simplement lui montrer. « Ton esprit est en sécurité avec nous. » Résonna une voix dans sa tête. La Flamme ! Cette simple variable suffisait à la rassurer et la convaincre de rester, mais n’allégeait en aucun cas son mal-être. Esme fit alors référence à leur corpulence et leurs muscles pour lui montrer que la violence n’était pas leur fort. Pourtant, ça ne voulait rien dire. Tout ce que Clarke avait de plus était le cardio et, pourtant, tout ce qu’elle avait connu était la violence. « Vous m’avez montré ce que vous êtes capable de faire. La violence n’est pas un coup de poing, mais la souffrance infligée à autrui. » Phoebe répliqua avec justesse et Clarke ne put qu’approuver d’un lent hochement de la tête trahissant son état. « La légitime défense c’est autre chose. Nous avons tous le droit le plus strict de défendre notre vie et celle de nos proches. Il faut juste être assez intelligente pour … Savoir où s’arrêter … » Le regard de Clarke se perdit dans le vide, son cœur saignant de ses anciennes blessures. Aurait-elle dû s’arrêter avant de tuer tout le monde au Mont Weather ?

Sophie l’accueillit alors au Cercle tandis que les trois se levaient d’un seul geste. Intérieurement, Clarke protestait. Elle n’avait jamais accepté ! Elle ne pouvait pas accepter … Malheureusement pour elle, elle était beaucoup trop fragile pour protester de vive voix. La blonde décida donc de se lever et suivre Sophie. Cette chambre, bien plus grande que celle de Lexa, arborait un mélange de couleurs et un style à la fois très sobre et très luxueux. Elle n’avait jamais vu ça, même le laboratoire de Becca ne pouvait pas rivaliser, surtout avec la baignoire qui trônait fièrement dans la salle de bain. Clarke avait fait le choix de dire non à ça il y a peu pour pouvoir protéger Madi. Était-ce égoïste de sa part de ne pas vouloir du Cercle ? Ils pouvaient l’aider à la protéger … Ce dernier doute détruisit les dernières défenses de Clarke. Si elle était en présence de Phoebe, elle se serait fait traiter de faible. Si c’était Esme, elle se serait pris un discours de chef et ça, elle n’en avait pas besoin. Sophie pouvait la comprendre, Sophie était … Sophie était parfaite.

C’est pour cela que la blonde se laissa tomber sur le lit et éclata en sanglots. D’abord le visage enfoui dans ses mains, elle finit par relever un regard brisé sur Sophie et prit la parole d’une voix enrouée. « On m’a tellement poussé à- j’ai fait tellement de choses horribles … Quand nous sommes arrivés sur Terre, j’ai dû soigner des gens tandis que notre bande de délinquants faisaient n’importe quoi … On a fait sauter un pont ce qui a tué une fillette … Tuer 300 soldats qui défendaient leurs terres … Pour gagner une guerre j’ai laissé un village plein de civils se faire bombarder tandis que j’aurais pu les avertir ! J’ai été obligée de commettre un génocide pour sauver mes amis et ma famille. Je me suis sacrifiée tellement de fois et pourtant je- j’ai … J’ai plus rien, j’ai personne … Je ne suis qu’un monstre, la Commandante de la Mort … » Un soubresaut secoua le corps de la blonde et elle se releva pour faire dos à Sophie. Ses traits faciaux étaient déformés par la souffrance et tout ce qui sortait de sa bouche était les sanglots qu’elle tentait d’étouffer en serrant désespérément la mâchoire.
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Frost SistersWHATEVERFrost Sisters
ÂGE RÉEL : 28
MESSAGES : 547
ANNIVERSAIRE : 19/12/1990
INSCRIPTION : 12/11/2018
<JOIN US.


Le point de vue du RP est celui de Sophie. Ses dialogues sont en Bleu clair.

Mes sœurs avaient plus important à faire. Reeva les demandait, surement pour préparer le plan d’une prochaine mission. Alors c’était à moi de m’occuper de Clarke. Heureusement, elle est plutôt sympathique comme invité. Comparé à d’autres idiots qui n’arrêtaient pas de se moquer de moi en tout cas. Comparé à Esme ou Phoebe, je ne fais pas peur… je ne suis pas respectée… tout le monde sait que je suis la plus faible des trois.

Et quand Clarke perds tous ses moyens… je ne sais pas comment réagir. Elle semble vraiment etre affectée… par ce qu’on lui a fait. Et si d’habitude je m’en fiche de la douleur des autres… la voir comme ça… ça m’embêtait beaucoup. J’ai essayé au début… de faire comme si de rien n’était. J’ai essayé de rester impassible. Mais je n’y arrivais pas… La voir se ressasser tout ses souvenirs… toutes les horreurs qu’elle avait bien pu faire… ça me faisait beaucoup trop penser à toutes les saloperies qu’on avait pu faire de notre côté. Tout ce qu’elle avait fait… c’était pour protéger les siens. Elle ne méritait pas qu’on la torture avec des souvenirs pareils…

Sa voix enrouée arrive à casser mon silence. Visiblement paniquée, je regarde tout autour de nous… je ne veux pas que l’on croit que je l’ai fait pleurer… J’essaie de lui dire quelque chose pour la rassurer… mais je ne trouve absolument pas les mots. Je ne fais que bégayer.

« Je… je suis désolée… »

Je n’ose pas m’approcher d’elle… j’ai peur de lui faire encore plus de mal. Tout ça c’était de notre faute après tout. Même si c’était nécessaire pour le bien de tous les mutants.

« Ce… ce n’est pas vrai… tu n’es pas un monstre… Tout… ce que tu as fait, c’était pour protéger les tiens. Sinon… mes sœurs et moi… on ne vaut pas mieux. »

Finalement, j’essaie de me montrer courageuse. Je m’approche un peu d’elle… presque sur la pointe des pieds. Je pose tout doucement ma main sur son épaule droite… et je dis la voix douce et un peu aïgue…

« On ne voulait pas te faire du mal. On a besoin de toi. Les gens ont besoin de toi. »

J’essayais de lui remonter le moral comme je le pouvais. Et ça se sentait. Je n’étais pas du douée. C’était normalement le rôle d’Esme. Elle se débrouillait toujours bien avec les gens. Phoebe était la brute… et moi… et moi…

« Tu nous as nous. Le Cercle. Je… je sais que tu ne connais personne pour le moment mais on veillera à ce que tu sois bien intégrée… »

A ce moment-là, je me rappelle d’une petite astuce pour réconforter les personnes. Les faire manger. Ça pouvait paraître bête, mais ça fonctionnait.

« Allez ! Pour nous faire pardonner… je peux te faire un petit peu de cuisine ! Qu’est-ce que tu veux grignoter ? »




Unholy Trespassing [FT: Frost Sisters] [Flashback] Frost
Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 91
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
Unholy trespassingClarke et les FrostiesUne autre pointe de culpabilité perça la chair fragile du cœur de Clarke en entendant le bégayement de Sophie. Elle était celle des trois avec qui elle se sentait le plus à l’aise pour se confier, mais elle avait oublié que c’était sûrement la sœur la moins à l’aise dans cette situation. Entendre Sophie dire que la blonde n’était pas un monstre sonnait faux. Enfin, elle ne savait pas pour la solution du Sang d’Ébène et les cobayes. Sinon, elle n’aurait pas dit ça …

Les mots qui suivirent eurent un effet plus marquant sur la chef du ciel. En rejoignant le Cercle, elle acceptait à nouveau de prendre responsabilité. Elle acceptait de porter à nouveau le fardeau de centaines de vies. Mais tellement de gens mourraient lorsqu’elle était aux commandes … Tout le monde le disait et lui reprochait, Clarke avait fini par le croire également, se maudissant pour son incompétence. Sentir la main de sa guide sur son épaule lui fit le plus grand bien. Plaçant sa main sur celle de Sophie, Clarke laissa sa tête reposer sur ce lien. Wanheda commença à rassembler sa volonté tout en se laissant porter par cette tendresse qui lui manquait tant. Concentrée sur sa stabilité émotionnelle, elle manqua sûrement quelques mots de Sophie, mais fut ramenée à la réalité par le changement de ton. Soudainement plus enjouée et pleine d’espoir, elle proposa de cuisiner quelque chose pour Clarke. Cela pouvait paraître idiot, mais personne ne lui avait offert une telle attention avant. Elle réfléchit pendant quelques secondes, son pouce parcourant le dos de la main de Sophie, jusqu’à ce qu’un sourire enfantin se trace sur ses lèvres. « Des biscuits au chocolat … » Il n’y avait pas de chocolat dans l’espace et il n’y en avait pas à Polis non plus. Elle avait eu la chance d’en manger une seule fois, au Mont Weather, et elle était tombée amoureuse de cette saveur depuis. Clarke rompit le contact pour sécher rapidement son visage tout en reniflant un peu. « Mais je veux apprendre. »

Sophie la guida alors vers une pièce combinant la cuisine et la salle à manger, les deux séparées par un comptoir de mixologie d’un blanc immaculé, adjacente à la chambre. Ça ressemblait à la cuisine où œuvrait Murphy sur l’île de Becca, mais le marbre remplaçant le bois et le blanc relaxant remplaçant les couleurs chaudes. Clarke savait qu’elle se plairait vraiment dans cet endroit. Sophie, comme la douce personne qu’elle était, guida la médecin à travers les diverses armoires et comptoirs pour rassembler les ustensiles, les bols, les instruments de mesure et les ingrédients nécessaires. La clone récitait le tout par cœur, ce qui n’aidait pas du tout Clarke à suivre. « Tu as, eum, une recette ou je ne sais pas quoi quelque part ? Parce que jamais je ne me souviendrai de tout ça … » Sur un rythme plus lent, elles commencèrent la recette, Sophie montrant à Clarke comment manipuler chaque ingrédient avec beaucoup de soin. L’attention de son hôte était remarquable et il arrivait, par moment, que Clarke souriait, mais son esprit continuait à la tourmenter. Rien ne semblait vouloir calmer sa culpabilité, cela faisait un bon moment qu’elle avait été si tenace.

Son acolyte culinaire lui tendit alors la cuillère en bois, l’encourageant à mélanger la pâte. Souhaitant apprendre, Clarke prit délicatement l’instrument et commença à mélanger maladroitement. La résistance du mélange était surprenante et elle avait de la difficulté à la travailler. Wanheda vaincue par de la pâte à biscuit. Le comble de l’absurde. Sophie se glissa alors derrière Clarke, ses mains se posant sur celles de l’apprentie cuisinière pour guider ses mouvements tout en continuant à lui prodiguer des conseils. Que ce soit des gestes innocents ou parfaitement calculé de sa part, Clarke ne put ignorer le souffle de cette femme contre son coup, l’odeur de son parfum et de sa chevelure arborant presque le même blond qu’elle, la tendresse avec laquelle ses mains la guidait … Complètement enivrée par tout ce qu’elle commençait à ressentir, ce qu’elle pensait ne plus jamais ressentir, Clarke pencha sa tête sur le côté pour exposer son cou et elle commença à laisser glisser doucement son corps contre celui de Sophie, son dos et ses fesses caressant le torse et les cuisses de celle qu’elle commençait à désirer.
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Frost SistersWHATEVERFrost Sisters
ÂGE RÉEL : 28
MESSAGES : 547
ANNIVERSAIRE : 19/12/1990
INSCRIPTION : 12/11/2018
<JOIN US.


Le point de vue du RP est celui de Sophie. Ses dialogues sont en Bleu clair.

Il fallait que j’arrive à rattraper la brutalité de nos actes.  Ce n’était jamais agréable de se faire trifouiller le cerveau. Nous, ça nous paraissait naturel. On le faisait presque tout le temps, avec tout le monde. Mais je ne voulais pas que l’on casse notre future alliée. On avait besoin d’elle au top de sa forme. Alors pour essayer de lui remonter le moral et de lui faire oublier ses soucis, je lui propose de lui faire à manger.

Ca peut paraître étonnant, mais ça avait toujours fonctionné. Tout le monde aime manger.  Et puis moi, ça me donnait l’occasion de m’occuper, de m’amuser. J’adorais cuisiner, c’était ma plus grande passion. Cela ne voulait pas dire que j’étais forcément une très bonne cuisinière… mais je n’ai jamais eu de reproches de ce côté-là. Clarke avait de nouveau un petit sourire, et je ne pus m’empêcher de sourire à mon tour. Elle voulait des biscuits au chocolat, elle en aura. Si ça peut la rendre heureuse… En plus, elle veut apprendre à les faire. Je n’étais pas sûre de mes capacités en terme de pédagogie… mais j’étais déjà contente à l’idée de pouvoir mettre mes talents à contribution.

Très mécaniquement, et très rapidement, je rassemble tout ce qui est nécessaire. La pâte à biscuit, le moule, une tablette de chocolat pour faire des pépites… Mais… visiblement, je la perds. J’avais presque déjà oublié que je devais lui apprendre. Trop.. concentrée sur la tâche à faire.

“Eh bien… je t’écrirai un protocole à suivre, étape par étape, ne t’inquiètes pas !”

Grâce à la cuisine, ma timidité s’était temporairement envolée. J’essayais tout de même de faire participer Clarke, parce que sinon… elle ne serait probablement pas capable de le faire toute seule. Et elle s’était plutôt pas mal débrouillée. Elle manquait de pratique mais c’était tout à fait normal. Elle ne semblait pas en faire souvent, de la cuisine.

Et puis… elle change de comportement assez subitement et de manière très surprenante. Au point de me faire perdre tous mes moyens. Je sens son corps se frotter contre moi… je sens ses fesses… son dos venir caresser ma poitrine… Mes joues tournent immédiatement au rouge alors que je retire mes mains de celles de Clarke… Je recule légèrement, totalement paniquée… je tape même un meuble de cuisine.

“Je… qu… qu’est ce que tu fais ?”

J’avais peur. Peur de ce que je ressentais, mais aussi des intentions de Clarke. Et si tout cela n’était qu’un numéro pour que je baisse ma garde ? La cuisine… ses pleurs… Et puis ces frottements… Je n’arrivais plus à penser clairement. Et inconsciemment, mon regard se dirigeait de temps à autre vers ses fesses… Je m’en rends compte tardivement et, prise de honte, je lui tourne le dos.

“Je… je n’ai pas regardé ! Je le jure. Tu… tu m’as surprise. Et… je n’aime pas les surprises…”

Ma phrase était encore plus nulle que je l’étais moi-même. Je me rendais compte qu’elle allait me prendre pour une moins que rien. Après tout j’avais l’habitude. Phoebe était souvent condescendante avec moi. Pire, je pouvais très bien la blesser à nouveau.

Je me sers un verre d’eau que je bois d’une seule gorgée… j’essaie d’endiguer ma panique. Mais rien n’y fait. Je m’éloigne d’elle de quelques pas… et j’ose enfin tourner mon regard vers elle.

“Je… e… comment dire…” Ma phrase commençait mal. Si on pouvait appeler ça une phrase.

“Est-ce… qu'on peut se concentrer sur la cuisine ?”

J’étais maladroite, très maladroite. Mais je n’avais jamais eue une telle situation de toute ma vie.



Unholy Trespassing [FT: Frost Sisters] [Flashback] Frost
Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 91
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
Unholy trespassingClarke et les FrostiesClarke et Sophie passaient du bon temps et la première réussissait presque à s’amuser en tentant de soumettre la pâte à sa volonté. Malheureusement, elle retomba dans ses anciens
schémas qui lui collaient à la peau depuis qu’elle se faisait appeler Wanheda. Elle avait rapidement découvert que le sexe était une échappatoire extraordinaire lorsqu’elle voulait fuir ses démons. Cela faisait un bon bout de temps qu’elle n’avait pas réagi ainsi, mais voir un signe de réciprocité l’avait énormément encouragé. Après, elle l’avait peut-être vu parce qu’elle en recherchait désespérément un …

Dans tous les cas, la réaction de Sophie était évidente. Elle n’avait aucune envie de ce genre et cela refroidit Clarke immédiatement. Passant une main sur son visage pour essayer de sortir de son état de désir, Clarke baissa le regard, n’osant plus regarder Sophie, la honte serrant son cœur. « Je- Désolée, je … Je pensais que … » S’excusa la blonde maladroitement. Bien qu’elle se sentait vraiment, vraiment, mal d’avoir rendu cette femme innocente dans cet état, Clarke ne put s’empêcher de trouver amusant de la voir la reluquer deux petites secondes et paniquer immédiatement en réfutant l’avoir fait. « Sophie … Avec ce que je viens de faire, je crois que ça ne me dérange pas … »

La voir aussi chamboulée fit du mal à Clarke. Plus qu’elle n’osait l’admettre. Elle se sentait bien avec Sophie, elle était tellement différente de ses sœurs. Si bien qu’elle s’était ouverte à elle, mais elle avait visiblement monté les échelons beaucoup trop vite. La situation était … Incommodante et sûrement très inconfortable pour Sophie. « Continue toi. Je, j’ai besoin d’une petite pause … » Dit Clarke rapidement avant de partir vers la salle de bain. C’était ce qui avait de mieux. Sophie pouvait se remettre tranquillement et Clarke pouvait se calmer sans faire de connerie. Une fois que sa foutue tête arrêterait de penser à toutes ses choses culpabilisantes, elle devrait ne plus ressentir ces pulsions envers Sophie. Ou, au moins, elle serait capable de les contrôler.

Une fois dans la salle de bain, Clarke ferma la porte derrière elle en oubliant totalement le verrou. Dans l’espace, c’était automatique et, à Polis, il n’y en avait pas. Donc, la Skaikru n’avait jamais pris l’habitude de vérifier si tout était bien verrouillé. Elle s’approcha de la baignoire et comprit rapidement comment elle fonctionnait. Bouchant le trou servant à vider la baignoire, elle testa les deux robinets pour savoir laquelle relâchait l’eau froide et laquelle relâchait l’eau chaude. Elle ajusta la température du liquide et se déshabilla complètement, laissant ses vêtements au sol, avant de pénétrer prudemment dans l’eau chaude, se faisant rapidement un chignon pour éviter de mouiller sa belle chevelure. Les effets bénéfiques du bain se firent ressentir immédiatement et Clarke relâcha un soupir de bien-être. Comment avait-elle pu vivre si longtemps sans ça ? Son corps et son esprit se calmaient progressivement tandis qu’elle fermait les yeux tout en appuyant sa tête contre le rebord pour reposer son cou.
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Frost SistersWHATEVERFrost Sisters
ÂGE RÉEL : 28
MESSAGES : 547
ANNIVERSAIRE : 19/12/1990
INSCRIPTION : 12/11/2018
<JOIN US.


Le point de vue du RP est celui de Sophie. Ses dialogues sont en Bleu clair.

J’étais maladroite. Très maladroite. Je n’avais jamais eu à gérer de telles situations. Et je n’en avais pas le cran. Je ne m’y attendais pas, absolument pas. Et… je ne savais ni quoi dire ni quoi regarder. Mon regard s’était perdu pendant une seconde au niveau de ses fesses… Qu’est ce qui me passait par la tête ? Je n’en avais aucune idée. Et ça me mettait mal à l’aise comme je l’ai rarement été. Ma respiration était aussi troublée que mon esprit. Et elle partit. Prendre un bain. Je ne pouvais m’empêcher de me sentir coupable. Et encore pire… je pensais que tout cela allait la faire partir. Que Phoebe et Esme allaient me massacrer si c’était le cas. Et que… de ma faute… le Hellfire Club ne pourra peut-être pas mener à bien ses objectifs.

Alors au début, je me contente de suivre ses ordres. Je continue les biscuits au chocolat sans elle... après tout ça allait peut-être la réconforter et… je ne sais pas. Je voulais l’acheter avec des biscuits. C’était ridicule. Mais je ne suis pas très forte dans le social. Esme… Esme se débrouillerait tellement mieux que moi !

Et puis… les minutes passent… et le silence devenait étouffant. Je n’arrivais même plus à finir ces foutus biscuits, je n’avais pas les idées claires… mes mains n’étaient plus aussi cordonnées, je paniquais beaucoup.

Alors j’improvise. J’abandonne ces foutus biscuits, et je vais la voir dans la salle de bain. Après tout ce temps, je pensais qu’elle avait fini de prendre son bain.

Et quelle erreur. Quand j’entre… je la vois dans la baignoire… dans le plus simple appareil. Je lâche une sorte de cri et je me cache les yeux à l’aide de mes mains.

« Oh mon dieu je suis désolée ! »

Je fais face au mur pour ne plus la voir… même ma curiosité essayait de me tenter, je devais résister pour ne pas aggraver les choses.

« Je… je pensais que vous aviez fini.. »

Pourquoi je la vouvoyais si soudainement ? Je n’en avais encore aucune idée. Mes pensées s’emmelaient, entre celles me disant d’essayer de sauver les meubles… et celles me rappelant ce que je venais de voir… C’était la première personne que je voyais nue… et c’était terriblement étrange.

Alors je lâche… éprouvée par ce rollercoaster d’émotions, la voix hésitante, bégayante :

« Je… ne… ne nous quittez pas… on a besoin de vous ici… je suis désolée si j’ai… mal agi… »

Je n’osais pas lui dire que je ne connaissais pas tout ça et que ça m’avait prise par surprise. Je tenais trop à garder l’image des Frost fortes. Et pourtant… je n’agissais pas du tout comme mes sœurs.

« J’ai merdé. Deux fois. Ne dites rien à mes sœurs… s’il vous plaît. Elles m'en voudraient... beaucoup de vous avoir fait fuir. »



Unholy Trespassing [FT: Frost Sisters] [Flashback] Frost
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
» Cypher's sisters of battle
» You're not alone, Erïka... [Pv Emma Frost]
» RP flashback en 1623
» Coeur De Cristal [PV Emma Frost]
» Gwen Frost

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: