Revenir en haut Aller en bas

WHATEVER 2.04 EST LÀ ! VERSION 15 LES DÉTAILS
BIENVENUE SUR WHATEVER, FORUM CROSSOVER SÉRIE TV
AIDEZ-NOUS À PROMOUVOIR LE FORUM : PRD ET BAZZART

Partagez
Bucky BarnesWHATEVER, JE SUIS
ADMINISTRATEUR
Bucky Barnes
ÂGE RÉEL : 25
MESSAGES : 1434
ANNIVERSAIRE : 05/01/1994
INSCRIPTION : 02/07/2018
GROUPE : Métro.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Pierrefonds-Roxboro
EMPLOI : Employé d'une supérette.
You're not alone
STUCKY

« Satellites contain us, traffic lights control us, rockets shoot us up into the stars, letters keep us posted, numbers calculated. But nothing picks us up when we are down. Complement the atmosphere, fill the ground with all our tears. Dry them up to make it clear, we do no wrong. »
Bucky avait perdu, il avait dû fuir, chose qu’il ne s’acceptait pas de faire. Mais il l’avait fait, parce qu’il n’avait pas eu d’autre choix. Il ne pouvait pas mourir, pas maintenant que sa vie commençait enfin à avoir un peu de sens. Il n’était plus tout seul, il n’était plus à la merci de quelqu’un. Bucky était on ne peut plus libre, de ces choix, de tout et ça, même s’il était toujours un fugitif. Ca ne l’empêche pas de vivre. Il savait qu’il vivrait sa vie ainsi. Le gouvernement mondial ne voulait plus de leur aide, tant pis pour eux, qu’il dirait. S’ils ne voulaient pas agir contre Hydra, contre toutes les menaces, il le ferait, lui. Il avait plus d’un compte à rendre à l’organisation nazi. C’était aussi sa manière à lui de trouver une forme de rédemption. Il ne cherchait le pardon de personne, seulement de lui-même et il n’y était toujours pas. Il s’acharnait dans sa mission surement suicide si l’on s’y penche vraiment. Ça en frôlait bientôt l’obsession, mais personne n’arriverait vraiment à le raisonner. Il ne se pardonnerait pas de fermer les yeux sur ce qui se passe. Il ne pouvait pas laisser des armes d’Hydra traîné dans la nature. On ne sait pas qui pourrait y avoir accès, il ne voulait pas qu’un type comme Zemo réapparaisse.

Mais sa chasse avait un prix, prix qu’il était prêt à payer. Il risquait sa vie et certainement sa santé mentale, qui est déjà bien assez ravagée. Il revenait d’une mission qu’il avait encore du mal à avaler. C’était plus qu’un échec à ce niveau. Ça le travaillait énormément, la perte de son bras n’arrangeait pas les choses. Stark avait réussi à lui retirer les restes douloureux ce qui l’aidait déjà beaucoup. Mais les questions n’arrêtaient pas d’inonder son crâne, les « et si » n’arrêtaient pas. Mais il ne pouvait rien faire sans un nouveau bras et pour l’instant, il ne savait pas s’il en aurait un à nouveau. Et il ne voulait pas que Steve aille là-bas, il ne voulait pas l’envoyer là où il a échoué tout seul. S’ils doivent y retourner, ce sera quand il pourra se battre à nouveau. En attendant, il n’y avait plus qu’à… Espérer. Espérer que cette chose ne passe jamais la frontière, qu’elle soit oublié par Hydra. Bucky était préoccupé, il n’arrivait pas à passer à autre chose. Il aimerait mais il n’y arrivait pas, pas seul en tout cas. Il n’avait pas remis les pieds au QG depuis qu’il était parti pour Chicago deux semaines auparavant. Il était temps de remontrer le bout de son nez, ça l’aiderait surement, de voir du monde. Bien que, il préférait être seul.  Mais il savait aussi que ce n’était pas bon pour lui de s’enfermer ainsi.

Il prit la moto pour s’y rendre, bien qu’il devait conduire à un bras. Ce n’était pas rare qu’il se promène sans, alors il avait appris à naviguer à un bras. C’était pas évident, mais avec les reflexes qu’il a et borné comme il peut être parfois… ça avait suffit pour qu’il y arrive. Se garant alors dans leur parking improvisé, caché de la yeux de tous, il passa toutes les entrées sécurisées automatiques sans problème. Posant son casque sur le meuble qui servait de vide poche, il se dirigea vers la pièce principale, qui était anormalement vide. Où étaient-ils tous allé ? Soupirant, il traversa la pièce et se dirigea vers leur tableau des missions qu’il fixa longuement avant de finalement retirer Chicago, il était temps de passer à autre chose, pour le moment. Il surveillerait ça de très près, mais il ne voulait inquiéter personne alors il préfère garder ça pour lui. Mais peut être qu’il ne pourra pas. Il entendit des pas derrière lui, d’une démarche qu’il connaissait par cœur, de celui qui leur a construit ce toit et qui passe pas si souvent. Son papier en main, il le serra entre ses doigts. Un sourire s’afficha malgré lui, légèrement sur son visage alors qu’il restait immobile, ne se retournant pas, choisissant de rester dos à son plus vieil et plus proche ami.

« Steve. » que s’échappa de sa bouche.  « Je me pensais seul… » qu’il rajouta alors qu’il se tourna vers le soldat. Son regard l’observait alors qu’il était en uniforme « T’es allé sauver un chaton coincé dans un arbre ? » qu’il demanda alors un sourire amusé sur les lèvres, se détendant un peu maintenant qu’il était là. Même s’il ne se souvenait pas de tout, il se souvenait de ce qu’ils avaient vécu quand la guerre ne les avait pas encore détruit. Il se rappelait du journal dans ses chaussures et son entêtement à toujours s’attaquer à plus fort que lui. Tout ça était bien différemment maintenant.
(c) DΛNDELION


knockin' on

heavens door
Voir le profil de l'utilisateur
Steve RogersWHATEVERSteve Rogers
ÂGE RÉEL : 20
MESSAGES : 27
ANNIVERSAIRE : 10/03/1999
INSCRIPTION : 18/06/2019

YOU'RE NOT ALONE
So close no matter how far
Couldn't be much more from the heart
Forever trusting who we are
And nothing else matters
Plus d’Etats-Unis, plus d’Avengers. Il était temps pour Steve, comme pour beaucoup d’autres, de reprendre de zéro. Effacer pour mieux recommencer, n'était-ce pas ce qu'on disait dans cette situation ? Maintenant que ses agissements étaient perçus comme étant hors des clous, les choses étaient bien différentes. Captain America ainsi que ses compagnons d’armes devaient se cacher et agir en douce s’ils voulaient mettre fin à Hydra. Un QG improvisé s’était alors construit dans les ruines d’un vieux bâtiment désaffecté dont les locataires étaient les seul à en connaître l’existence. Steve était assez fier de ce qu’il avait réussi à reconstruire, bien que c’était loin de ce qu’il avait connu quand l’ancien QG. Ici, la technologie n’était pas aussi avancée que celle de Stark alors tout se faisait avec des plans imprimés sur papier, quelques post-it et des punaises, ce qui était largement suffisant pour avoir un visuel sur les bases qu’Hydra avaient encore en leur possession et ainsi organiser les prochaines attaques. Il avait également veillé à installer des chambres et des lieux de vie pour ceux ayant besoin d’un toit pour s’abriter, ce qui ajoutait un semblant de convivialité et de chaleur humaine dans le QG.

Deux semaines. C’était le temps durant lequel Bucky était parti à Chicago, seul. Deux semaines durant lesquelles il avait disparu de la surface de la Terre, ne se déplaçant même pas au QG et répondant à peine aux messages envoyés par le blond. Ce dernier savait qu’il y avait des périodes sombres où les démons intérieurs de Bucky refaisait surface et le soldat avait la fâcheuse tendance à s’isoler plutôt qu’à prendre la main que lui tendait Steve. Dans ces moments là, Steve insistait rarement parce qu’il savait que ça ne servirait à rien. Malgré les paroles rassurantes de son ami, Bucky n’était pas en paix avec lui-même. Il n’y arrivait pas, le poids des morts étaient trop lourds à porter sur ses épaules.

Dire que Steve était inquiet en ce qui concernait Bucky serait un euphémisme, mais il ne pouvait pas se permettre de se morfondre alors que ses compagnons d’armes comptaient sur lui. D’autant plus qu’il avait eu vent d’une rumeur concernant un vieux bunker retrouvé dans une forêt voisine et qui semblait appartenir autrefois à Hydra. Steve s’y était alors rendu pour confirmer, ou infirmer, les dires qu’il avaient entendu. Sait-on jamais qu’il pourrait y trouver des informations confidentiels concernant d’autres de leurs projets sordides. Malheureusement, il s’avéra que les lieux étaient en réalité complètement désert, c’est donc bredouille que l’ex Avengers rentra au QG.

Quand il arriva sur le parking, quelle ne fut pas sa surprise quand Steve remarqua la présence d’une moto qu’il ne reconnaissait que trop bien. Un sourire prit place sur ses lèvres, il avait enfin daigné à pointer le bout de son nez. Passant les portiques de sécurité, Steve arriva finalement dans la grande salle principale où la présence de Bucky se confirma. Il nota également l’absence du bras gauche de son compagnon, chose qui ne le surprenait plus réellement depuis que Bucky avait prit pour habitude de s’en défaire quand il n’en ressentait pas l’utilité.

”Bucky.”

Le surnom de son ami sortit tout naturellement de la bouche du blond tandis qu’un sentiment de soulagement prit place au fond de lui alors qu’il s’avançait dans la pièce. Posant son bouclier sur la table centrale, il laissa un léger rire s’échapper à la taquinerie de son compagnon.

”Si seulement... À choisir, je pense que j’aurais préféré sauver le chat.”

Rétorqua-t-il tandis qu’il s’était de nouveau avancé de façon à ce qu’il soit désormais face à Bucky. Sans une once d’hésitation supplémentaire, Steve vint le prendre dans ses bras pour échanger une précieuse éteinte.

”Tu m’as manqué.”

Qu’il lui souffla dans l’oreille avant de se détacher et de lui sourire un nouveau. Ses yeux bleus se plantèrent ensuite dans ceux de son ami, et Steve comprit bien vite qu’il y avait quelque chose. Steve connaissait son ami par coeur et semblait être doté d’un sixième sens quand il s’agissait de Bucky. Sans parler de la culpabilité qu’il traînait comme un boulet attaché à son pied, il y avait autre chose de plus terrible dont Steve n’était pas au courant.  L’absence de son bras métallique n’était peut-être pas si anodine que ça, finalement.

”Qu’est-ce qu’il y a, Bucky ?”

Lui demanda-t-il aussitôt, sans réellement lui laisser le choix entre parler ou se taire, alors que l’inquiétude s’emparait du blond. Bucky avait bien assez de problèmes comme ça avec son passé et Steve s’imaginait déjà le pire. Que Diable s’était-il passé durant ces deux dernières semaines ?
code by bat'phanie


I'm with you 'till the end of the line.

Voir le profil de l'utilisateur
Bucky BarnesWHATEVER, JE SUIS
ADMINISTRATEUR
Bucky Barnes
ÂGE RÉEL : 25
MESSAGES : 1434
ANNIVERSAIRE : 05/01/1994
INSCRIPTION : 02/07/2018
GROUPE : Métro.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Pierrefonds-Roxboro
EMPLOI : Employé d'une supérette.
You're not alone
STUCKY

« Satellites contain us, traffic lights control us, rockets shoot us up into the stars, letters keep us posted, numbers calculated. But nothing picks us up when we are down. Complement the atmosphere, fill the ground with all our tears. Dry them up to make it clear, we do no wrong. »
Deux semaines, ça faisait quand même un peu long. Même si comparer à sa vie, deux semaines, ce n’est strictement rien. Mais après tout, il était question de vivre au temps présent. Donc oui, c’était bien long. Il n’avait donné aucune nouvelle, il n’avait répondu à quasiment aucun message. Il avait juste donné quelque signe de vie, mais rien de plus. Il savait qu’il n’avait plus besoin de s’isoler ainsi, qu’il n’était plus seul. Il savait que Steve serait là, quoi qu’il arrive. Mais ce n’était pas aussi facile. Ca ne le serait surement jamais. Un jour il pense qu’il va mieux, le lendemain il replonge dans ses démons la tête la première. Sa vie ne l’aide définitivement pas, mais il était incapable d’arrêter. Impossible, maintenant qu’il sait qu’Hydra est encore actif, que ce Grant sévie encore, qu’il est allé jusqu’à tuer Stark. Il n’avait beau pas porter ce type dans son cœur, il ne pouvait pas laisser ça impunie. Parlant de ce type, il lui avait aussi balancer des choses à la figure, des mots, surement placé dans le seul but de l’énerver. Mais ces mots lui avait fait beaucoup de mal, ils s’étaient immiscés dans son esprit pour y laisser une blessure loin d’être refermé. Il ne l’avait pas dit à Steve. Car à ce moment, il ne savait pas. Il ne savait pas que son ami était en réalité vivant et il ne voulait pas lui faire du mal en lui disant.

Steve en face de lui, son regard azur le fixa un instant, les traits de son visage s’adoucissant un peu plus à mesure où son regard plongeant dans le sien. Et il finit dans ses bras. Là, il se sentit mieux, d’autant plus. Fermant les yeux, il resta contre lui, entourant ce dernier de son seul bras. Profitant de la chaleur de celui-ci, de son odeur venant titiller son odorat. Il s’y sentait en sécurité. Mais il n’a encore, jamais jusque-là, penser qu’il lui en fallait plus. Bucky n’était peut être tout simplement pas prêt ou plutôt, il ne s’en rendait juste pas compte. Et il ne savait pas, aussi, s’il supporterait de tel contact. Une étreinte était déjà beaucoup quand on y pense. « Toi aussi. » qu’il murmura contre lui alors qu’ils se détachèrent par la suite.  Il se pinça la lèvre à sa question. Il sentait. C’était certain, Steve sait toujours. Il le regarde un instant mais baisse la tête. Les mots de Stark revinrent « tu n’es qu’un poids pour lui. » C’était peut être vrai… mais il ne voulait pas qu’il ait raison. Non, enlèves toi ça du crâne. Il secoua doucement sa tête et regarda à nouveau Steve, souriant nerveusement. « Hydra a plus d’ampleur qu’on le pensait… » qu’il fit en soupirant. Devait-il lui dire pour son bras ? Il n’arrivait même pas à lui mentir. Il ne pouvait pas, pas à lui. Il en avait déjà trop fait avec l’histoire de l’homme de fer.

« J’étais parti vider un entrepôt que je connaissais, quand… » il affiche un air un peu grognon, mais reprend « Sauf que je suis tombé sur une de leur expérience. Je n’ai pas réussi à l’abattre et j’ai perdu mon bras… » qu’il finit par avouer. Il ne voulait pourtant pas lui en parler. Mais il aurait bien du, de toute manière, à un moment ou à un autre. La question serait venue quoi qu’il fasse. Il regarde Steve et le voit peu à peu s’énerver. Il savait qu’il réagirait. « Steve. » qu’il fit, comme pour le secouer par la parole. « Dans tous les cas, il ne pourra pas passer la frontière. On ne peut rien faire pour le moment. » qu’il souffla. « Tu veux bien me raconter ton sauvetage de chaton, plutôt ? » qu’il fit en lui affichant un grand sourire, cherchant à le rassurer. Je vais bien, oui, fallait se convaincre déjà soi-même.  
(c) DΛNDELION


knockin' on

heavens door
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: