Revenir en haut Aller en bas

WHATEVER 2.04 EST LÀ ! VERSION 15 LES DÉTAILS
BIENVENUE SUR WHATEVER, FORUM CROSSOVER SÉRIE TV
AIDEZ-NOUS À PROMOUVOIR LE FORUM : PRD ET BAZZART

Partagez
Bucky BarnesWHATEVER, JE SUIS
ADMINISTRATEUR
Bucky Barnes
ÂGE RÉEL : 25
MESSAGES : 1432
ANNIVERSAIRE : 05/01/1994
INSCRIPTION : 02/07/2018
GROUPE : Métro.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Pierrefonds-Roxboro
EMPLOI : Employé d'une supérette.
Forbidden Love
STUCKY

« Oh, oh woe-oh-woah is me
The first time that you touched me
Oh, will wonders ever cease?
Blessed be the mystery of love »
Les mains rugueuses, le dos endolorie James B. Barnes tentait tant bien que mal d’effectuer le travail que son père lui donnait à faire. Ils avaient une cargaison de bois à livrer au château avant la tombé de la nuit et autant dire que le jeune homme avait du pain sur la planche. Les bûches qu’il coupait en deux de sa vieille hache s’entassaient dans la cariole accroché à leur vieux chevaux. C’était un miracle que ces vieux bougres arrivent encore à tirer une cargaison aussi lourde. Et autant dire que James n’avait pas le courage de marcher avec autant de bois sur le dos jusqu’au château qui était bien loin de son village. Vêtue d’une espèce de cape brune en lin, il l’avait enroulé autour de lui pour se protéger de l’air frais et du vent violent qui envahissait la forêt dans ces heures tardives d’après-midi. Il était connu pour être assez grand et un peu baraqué. Sa mère avait toujours dit qu’il aurait pu devenir chevalier, mais ce n’était pas un métier qui était accessible à sa famille. James n’était pas quelqu’un qu’on aime fréquenté au village, il a toujours été regardé de travers, son tempérament bagarreur n’a jamais trop plus, surtout qu’il a toujours eut du mal à garder ses état d’âme pour lui. Il se fichait pas mal de ce qu’on pouvait penser de lui, il savait de toute façon qu’il ne serait jamais accepté ni par la noblesse, ni par le village. Il vivait simplement sa vie de son labeur et de sa chasse.

Il n’avait pas grand-chose dans la vie, il ne rêvait pas de devenir chevalier, il ne se rêvait pas dans les bras d’une douce demoiselle que sa famille lui aurait choisi. Il ne voulait rien de tout ça. James voulait simplement aider son père maintenant que leur mère était morte suite à une maladie fulgurante qui, fort heureusement n’avait pas été contagieuse. Son père le sermonnait souvent à ce sujet, qu’il devait vivre sa vie et voir plus loin. Mais son fils refusait simplement de l’écouter. Mais il y avait aussi une autre raison à son refus de s’engager avec une fille. Il était amoureux, il ne le dirait jamais à personne parce qu’il savait que c’était très mal vu et il ne voulait pas mettre en danger la personne qu’il portait dans son cœur. Stephen était un garçon du village, c’était un blondinet qui avait au moins deux tête de moins que lui et qui n’avait rien d’un chevalier. Mais il était né dans une meilleure famille que lui.

Stephen s’était perdu dans la forêt alors qu’il avait tenté de fuguer de chez lui pour on ne sait quel raison. James l’avait plus ou moins compris et bizarrement, c’était ce qui l’attirait chez lui. Il avait l’impression de voir une version de lui-même… en mieux et en plus intelligent, et aussi beaucoup moins sauvage que lui. Bref, il était tout ce qu’il n’était pas. Ce qui aurait du le rebuter mais non, il avait cette envie, de le protéger et de le connaître. Il l’avait alors convaincu de rester, mais peut être que c’était une erreur, qu’ils étaient trop naïfs. La famille du blond allait finir par arriver à ses fins, et ils risquaient d’être séparé ainsi. Mais si cela arrivait, alors il ferait tout pour trouver un travail au château pour pouvoir le voir à nouveau en douce. Ou alors, ils partiront ensembles. Dans tous les cas, il ne voulait pas être séparé de lui. Après la livraison effectué, il avait quartier libre bien qu’il allait déjà être bien tard le soir. C’était à cette période de la nuit qu’il pouvait voir son petit blond. Quand tout le monde dort.

James avait une cabane au fond des bois, pour quand il va chasser en pleine nuit et qu’il ne peut plus rentrer, personne n’y va ni même ne sait vraiment qu’elle existe. Sa famille étant plus ou moins bannie du village, personne ne va chez eux, ni dans ce coin de forêt. C’était l’avantage, même s’ils se faisaient attaqué parfois. Attendant son amant adossé à la fameuse cabane, il pellait une pomme à l’aide de son couteau. Il entendit les branches craquées, il se releva et regarda dans la direction du bruit pour apercevoir le visage du blond. Un sourire illumina son visage alors qu’il se hâta devant lui tout en lui tendant la pomme. « Tiens, tu as du beaucoup dépenser pour venir jusqu’ici, voilà de quoi te requinquer. » qu’il fit alors « Je suis heureux de te voir. » Il le regarde tout en souriant, perdant ses airs de sauvage qu’il emprunte pourtant si souvent. « Elle est fraîche, je l’ai cueilli avant de venir. Manges-la. » il attrapa sa main et il la lui posa dans la paume tout en l’attirant vers son visage et y déposa alors un baiser. « Elle sera magique, ainsi. » qu’il rajouta en murmurant.
(c) DΛNDELION


knockin' on

heavens door
Voir le profil de l'utilisateur
Steve RogersWHATEVERSteve Rogers
ÂGE RÉEL : 20
MESSAGES : 27
ANNIVERSAIRE : 10/03/1999
INSCRIPTION : 18/06/2019

FORBIDDEN LOVE
Because the night belongs to lovers
Because the night belongs to lust
Because the night belongs to lovers
Because the night belongs to us
La journée s’achevait, le soleil laissant progressivement sa place à la Lune et aux astres célestes. Doucement, les rues et les champs du petit village se vidèrent au profit de la chaleur des chaumières. Stephen avait passé une journée effroyable et son humeur était massacrante, ce qui ne changeait pas beaucoup des jours où il devait supporter ses parents du lever au coucher du soleil. Le problème n’était pas qu’il détestait les aider à l’auberge quand le monde devenait trop affluent, le problème était les nombreux sujets qui étaient mis sur le tapis et qui était souvent source de disputes au sein de la famille. Propriétaires d'une des auberges les plus réputées du village, les parents de Stephen avaient l'argent et les relations qui leur permettait d'avoir un peu d'influence malgré qu'ils soient en bas de l'échelle sociale. Souhaitant un avenir radieux pour leur fils, ils voulaient jouer de leur influence pour assurer à Stephen une jolie place dans la noblesse où il était certain qu'il ne manquerait plus de rien. Sauf que ce n’était pas ce qu’il voulait faire de sa vie. Ca semblait être une réaction égoïste car beaucoup de gens ne pouvaient se permettre ce genre de chose, ni pour eux, ni pour leurs enfants. Beaucoup de monde aimerait être à la place de Stephen, place que, lui, donnerai volontiers.

Les raisons de ce refus au luxe étaient simple : Stephen était amoureux. Il était éperdument amoureux mais pas de n’importe qui. Il ne s’agissait pas d’une femme et encore moins d’un riche. Il s’agissait de James Barnes, un garçon peu fréquentable aux yeux de beaucoup de par sa pauvreté et sa fâcheuse tendance à jouer des poings. Ils s’étaient rencontrés un jour où Stephen avait décidé de fuguer de chez lui après une énième dispute. Seulement, il se trouva très idiot quand il se retrouva complètement perdu au beau milieu de la forêt et fort heureusement pour lui que James chassait dans le coin à ce moment, sans quoi il serait probablement mort bouffé par une meute de loup depuis longtemps.

Il arrivait parfois de croiser le duo ensemble en pleine journée sans que les soupçons ne soient éveillés, si ce n’est la complicité flagrante des deux garçons. Plus d’une fois, cette fréquentation avait d’ailleurs valu au blondinet des sermons une fois rentré au domicile. Mais quand le chat n’est pas là, les souris dansent, et les deux petites souris profitaient de la nuit tombée pour danser, et surtout vivre leur amour caché de tous. Ce soir là, Stephen avait de la chance que le ciel soit clair, il était plus simple pour lui de trouver sa direction quand la Lune était présente pour éclairer son chemin. De longues minutes de marches dans la forêt attendait le blondinet mais la récompense en valait le coup. Adossé contre le mur de sa petite cabane, James l’attendait. Un sourire plein d’amour prit place sur les lèvres de Stephen tandis que son amant s’approchait de lui presque instantanément. Il serra délicatement la pomme qu’on lui posa dans sa main tandis que son regard venait se fixer dans ceux de l’homme qu’il aimait. Ce cadeau, aussi simple soit-il, ne payait pas de mine mais il y avait beaucoup d’amour dans ce geste et c’était tout ce dont Stephen avait besoin quand il était avec James.

”Merci James. Je suis sûre qu’elle est délicieuse.”

Fit-il avec beaucoup de sincérité. Stephen se mit ensuite sur la pointe des pieds et vint embrasser les lèvres du chasseur avec toute la tendresse dont il pouvait faire preuve à son égard. Il était réellement heureux de l’avoir retrouvé et d’enfin pouvoir exprimer tout l’amour qu’il éprouvait pour lui après une journée des plus exécrables. Le blond se détacha ensuite de son amant et son regard se posa de nouveau sur la pomme. D’un petit air amusé, il demanda :

”Tu penses qu’elle m’aiderait à disparaître si je croquais dedans ?”

Spoiler:
 
code by bat'phanie


I'm with you 'till the end of the line.

Voir le profil de l'utilisateur
Bucky BarnesWHATEVER, JE SUIS
ADMINISTRATEUR
Bucky Barnes
ÂGE RÉEL : 25
MESSAGES : 1432
ANNIVERSAIRE : 05/01/1994
INSCRIPTION : 02/07/2018
GROUPE : Métro.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Pierrefonds-Roxboro
EMPLOI : Employé d'une supérette.
Forbidden Love
STUCKY

« Oh, oh woe-oh-woah is me
The first time that you touched me
Oh, will wonders ever cease?
Blessed be the mystery of love »
Que ce soit James ou Stephen, les deux risquaient beaucoup en se voyant ainsi alors que tout le monde est couché. Leur image pourrait être détruite à jamais. Une réputation dans un village pareille est aussi fragile que la plus délicate des fleurs. Aussi fragile que lui, ce petit blond qui s’est amourachés du reclus du village, du bucheron que personne ne veut approcher. James se fichait pas mal de ce qu’on pouvait penser de lui, il a toujours été comme ça. Tout ce qui l’intéresse, c’est protéger ses sœurs et sa famille, qu’ils aient toujours de quoi se nourrir et que ses sœurs aient toujours une bonne raison de sourire.  Son père le disputait souvent à ce sujet, qu’il devrait penser à lui avant les autres autant dire qu’il parlait à l’oreille d’un sourd. Un sourire s’étirait le long de ses lèvres rosées alors qu’il observait celui qu’il considérait comme son âme-sœur la pomme dans les mains. Ils étaient si innocent, si frêle. C’était limite un devoir de le nourrir, il ne voudrait pas qu’il s’effondre. « J’espère ! » qu’il fit en haussant doucement les épaules. C’était certainement pas une pomme qu’on servait au château, mais elle avait au moins la qualité d’être un peu sucrée.  

Il le regarde un instant et retombe automatiquement amoureux. Non, il n’était pas grand, non, il n’était pas fort et musclé mais James se fichait pas mal de ça. Lui il voyait autre chose. Il voyait ses yeux bleus au reflet vert, il voit son coté borné qu’il trouve particulièrement craquant. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’il ait à user de la force pour le sortir de ennuis qu’il s’attire tout seul. Des fois il se demandait s’il ne devait pas l’empêcher de sortir pour être sûr qu’il ne lui arrive rien. Répondant à son baiser, il lui tint doucement la joue tout le long, ses lèvres caressant les siennes. Le baiser dura quelques minutes à force que James le prolonge, encore et encore ne pouvant se passer de leur gout. Sa deuxième main, elle, s’était aventurer dans le creux de son dos. Il s’était légèrement baissé pour que le blond soit à sa hauteur. Et finalement leurs lèvres se détachèrent, il lui sourit doucement et resta assez proche de lui, rentrant ainsi en phase avec le blond qui regardait sa pomme. Il soupira doucement à sa question et glissa sa main autour de la sienne délicatement et la releva pour avoir la pomme au niveau de sa bouche, croquant dedans.

Un morceau se trouva alors entre ses lèvres et il se baissa au niveau de celle du blond, comme pour l’inviter à aller la récupérer. En profitant pour à nouveau l’embrasser pendant quelques secondes, allant ensuite, susurrer contre ses lèvres :

« Je ne sais pas, mais si c’est le cas, je veux disparaître avec toi. »



(c) DΛNDELION


knockin' on

heavens door
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
» Absolarion Love.
» Love Hina
» Let your love come true
» I don't love you like I loved you yesterday ۴ ISIS
» GAMES, I LOVE GAMES~ ft. connor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: