Revenir en haut Aller en bas

WHATEVER 2.04 EST LÀ ! VERSION 15 LES DÉTAILS
BIENVENUE SUR WHATEVER, FORUM CROSSOVER SÉRIE TV
AIDEZ-NOUS À PROMOUVOIR LE FORUM : PRD ET BAZZART

Partagez
100 passagers tombés du ciel [Kate, Lorne ...]
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 98
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
100 passagers tombés du cielClarke, Kate et LorneUne eau sans onde, sans vent pour la caresser, sans vague pour la tourmenter et sans mouvement pour la faire vivre. Une eau aussi stable, limpide et immuable que le néant lui-même. Clarke était cette eau. Elle était ce vide inaltérable. Sa conscience n’était plus, ou du moins, elle était liée à la même destinée : les limbes. Elle se débattait, mais c’était inutile.

L’était-ce vraiment ?

Plusieurs douleurs vinrent troubler la paix envoûtante, l’épaisse obscurité commençait à être ébranlé par des bruits lointains et incompréhensibles. Finalement, tout sembla brûler et le souffle de la vie invoqua le soleil qui perça les ténèbres. Le corps de Clarke se raidit violemment tandis qu’elle toussait avec force, ses poumons meurtris cherchant à se purifier de la fumée qui les habitait et se soigner du manque d’oxygène.

Incapable d’ouvrir les yeux à cause de soleil de plomb, elle analysa rapidement son corps et son environnement grâce à ses autres sens. Elle était capable de bouger le bout des doigts ainsi que le bout des orteils et tout semblait à sa place. La blonde était donc en un seul morceau, malgré la lacération sous ses côtes et au niveau de sa tempe. Ses doigts creusèrent le sable chaud et l’odeur du sang, de la fumée, de la sueur et de la ferraille lui irrita les narines. Finalement, les bruits altérés par son ouïe instable devinrent plus clairs. Le feu, des explosions, les hélices fendant encore l’air, des moteurs, des cris et des pleurs …

Sa mémoire se reforma d’un seul coup. Ce voyage aux destinations paradisiaque pour fêter son doctorat, cette zone de turbulences supposément sans risque, le bruit de l’acier qui se fracture … Ils venaient de s’écraser au beau milieu de nulle part ?! Quel merdier …

Elle se redressa prudemment en position assisse tout en ouvrant les yeux. La douleur qu’elle ressentait à la tête ne semblait pas cacher de commotion. Elle déchira le bas de son t-shirt, révélant le bas de son ventre, pour faire un bandage sommaire qui allait arrêter le saignement sous ses côtes, puis elle se leva finalement.

Après quelques pas hasardeux, sa démarche se solidifia tandis qu’elle approchait de la carcasse où tous les survivants se trouvaient. La majorité appelaient des noms d’êtres chers avec désespoir, d’autres pleuraient devant des corps inanimés, certains étaient complètement sous le choc et il y avait ceux qui étaient à peine capables de bouger. Pour résumer, c’était le chaos. Clarke avançait lentement enregistrant le plus d’informations possibles tout en se demandant quoi faire. Le bruit d’un moteur s’emballant attira son attention sur sa droite. L’hélice atteignit une vitesse vertigineuse et le moteur exposa au bout de cinq secondes, envoyant la blonde au sol. Protégeant son visage de son bras droit, elle senti quelques bouts d, acier pointu déchirer la chair de son avant-bras.

Serrant la mâchoire tout en se relevant, elle décida de laisser son bras sanguinolant ainsi pour le moment. Les coupures étaient mineures et il y avait beaucoup plus urgent. L’explosion avait à peine affecté l’état de pétrification des autres passagers. La doctoresse se rendit à peu près au milieu du site du crash pour que le plus de gens puisse l’entendre, puis elle hurla du mieux qu’elle pouvait pour que sa voix soit plus forte que les nombreux bruits ambiants. « OK TOUT LE MONDE ON DOIT S’ÉLOIGNER DE L’AVION ! CEUX EN CAPACITÉ DE BOUGER, ÉLOIGNEZ-VOUS VERS LES ARBRES. LES MIRACULÉS, AIDEZ-MOI À TRANSPORTER LES BLESSÉS ! »

Plusieurs minutes à soutenir des personnes fragiles sur leurs jambes et les escorter jusqu’à un lieu plus sûr de la plage. Ces minutes parurent comme étant des heures et Clarke commençait à réaliser que ses propres forces étaient plutôt basses. Son esprit de médecin primant, sa priorité était de soigner tout le monde. Ceux qui l’avaient aidé à mettre tout le monde en lieu sûr n’étaient pas loin. Ils en avaient sûrement beaucoup sur le cœur et ils devaient sûrement se reposer beaucoup plus qu’elle, mais ils devaient se préparer à affronter la nuit et, pour ça, la blonde avait besoin d’aide. « J’ai besoin de matériel ! Du tissu, des bandages, des médicaments, du désinfectant ou même du fil, voire une aiguille si quelqu’un est capable de préparer un petit feu … Prenez ce qui est facilement accessible, jouez pas aux héros. Je vais sûrement avoir besoin d’une deuxième paire de mains par ici, sinon … Si vous voulez vous reposer ou rassurer les autres, libre à vous. » N’attendant ni réponse, ni volontaire, Clarke utilisa son bracelet portant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel comme élastique pour contenir plusieurs mèches rebelles derrière son crâne et se dirigea vers un premier blesser en déchirant à nouveau son propre t-shirt pour stopper le saignement. Un long après-midi de soins et de diagnostics s’annonçait à l’horizon …    


:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Wesley Wyndam-PryceWHATEVERWesley Wyndam-Pryce
ÂGE RÉEL : 24
MESSAGES : 232
ANNIVERSAIRE : 27/08/1994
INSCRIPTION : 17/04/2019
GROUPE : Quatrième : le lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Verdun.
EMPLOI : Neurochirurgien.
Tu étais dans un avion te rendant jusqu'à Los Angeles, tu devais retourner là-bas pour retrouver tes amis suite à ta rupture difficile avec ton ex compagnon qui t'a trompé. Une douloureuse épreuve pour toi. Installé dans l'avion à côté d'un couple de personnes âgées vous aviez fait la conversation pendant le long vol qui vous séparait de Los Angeles. Tu n'avais qu'une envie et c'était d'arriver à destination pour serrer tes amis dans tes bras.

Seulement tout ne s'est pas franchement passé comme prévu parce qu'il y a eu des secousses. Les hôtesses de l'air vous ont garantit que tout irait bien, que c'était normal mais finalement les secousses sont devenues de plus en plus violentes, les hurlements ont commencés à se faire entendre et finalement vous êtes tous tombés avec votre avion on ne sait trop où.

Tu t'es réveillé encore dans l'avion assis à ta place et tu as posé tes yeux sur la gauche où il y avait les deux petits vieux mais ils sont morts tous les deux. Tu n'as pas pu t'empêcher de pleurer en comprenant ce qu'il se passait. Non seulement tu avais deux cadavres à côté de toi, et sans doute beaucoup d'autres un peu plus loin, mais en plus tu t'étais échoué sur la plage d'une île.

Par le hublot tu vois du mouvement dehors, des gens courir et tu entends des hurlements. Tu ouvres avec difficulté ta ceinture et tu t'éloignes de ce charmant petit couple âgé puis tu files hors de l'appareil te rendant sur la plage aussitôt tu entends une femme hurler « OK TOUT LE MONDE ON DOIT S’ÉLOIGNER DE L’AVION ! CEUX EN CAPACITÉ DE BOUGER, ÉLOIGNEZ-VOUS VERS LES ARBRES. LES MIRACULÉS, AIDEZ-MOI À TRANSPORTER LES BLESSÉS ! » Tu ne comprends pas vraiment ce qu'il se passe mais tu décides de faire ce que dit la blonde soit de transporter les blessés loin de l'avion.

Tu attrapes un homme d'un certain âge par les bras, il est inconscient, et tu le tires hors de la plage pour l'emmener jusqu'à la forêt. Pendant tout le long il est inconscient et tu trouves ça inquiétant. Du coup une fois qu'il est à l'abri tu décides de prendre son pouls juste pour t'assurer qu'il va bien et heureusement tout semble aller normalement.

Tu retournes un peu plus tard sur la plage quelque peu épuisé par tout ceci et tu emmènes des gosses hurlants à la mort jusqu'à la forêt. Pas de pitié pour le coup, ils gueuleront une autre fois. Tu tentes de les calmer sans pour autant chercher à les rassurer ça ce n'est pas ton boulot ceux qui aiment les gosses s'en chargeront.

Un peu plus tard une fois que tous les blessés ont été conduis en lieu sûr la blonde revient vers toi et d'autres personnes « J’ai besoin de matériel ! Du tissu, des bandages, des médicaments, du désinfectant ou même du fil, voire une aiguille si quelqu’un est capable de préparer un petit feu … Prenez ce qui est facilement accessible, jouez pas aux héros. Je vais sûrement avoir besoin d’une deuxième paire de mains par ici, sinon … Si vous voulez vous reposer ou rassurer les autres, libre à vous. » Tu acquiesces face à ses mots.

« Je vais essayer de voir ce que je peux trouver dans les valises. Peut-être quelqu'un pour aller dans le cockpit de l'appareil. Ils ont forcément une trousse d'urgence. » Tu suggères attendant l'avis de la blonde qui s'improvise visiblement cheffe mais étant médecin tu décides de ne pas t'y opposer et de lui faire confiance...
Voir le profil de l'utilisateur
Kate BeckettWHATEVERKate Beckett
ÂGE RÉEL : 33
MESSAGES : 73
ANNIVERSAIRE : 13/02/1986
INSCRIPTION : 13/05/2019
QUARTIER RÉSIDENTIEL : A venir
EMPLOI : Agent du FBI


Je me réveille difficilement, j’ai la tête en vrac, elle me fait mal et j’ai du mal à me rappeler ce qui vient de se passer. D’ailleurs, j’ai encore les yeux fermés quand j’entends des bruits tout autour de moi, des bruits sourds où il me semble que j’entends des cris et des pleurs, comme si quelque chose de grave venait de se passer…. J’ouvre difficilement les yeux et je suis frappée par l’éclat du soleil qui m’aveugle. Je lève le bras pour le contrer, c’est un réflexe et parce que je veux voir ce qui se passe autour de moi. Et je ne suis pas déçue quand je vois le chaos qui se déroule sous mes yeux, j’ai l’impression de vivre la fin du monde, autour de moi des corps, des gens qui crient de douleur, des gens qui courent pour secourir les blessés, des bouts de ferrailles tout autour. Et puis, moi, couchée sur le sable, je ne sais plus comment j’ai atterri là.

Je me souviens avoir pris l’avion pour me rendre à Los Angeles, j’avais eu une piste concernant mon conjoint, il a pris le même vol que moi quelques semaines plus tôt. Est-ce qu’il lui est arrivé la même chose ? Est-ce pour cela qu’il n’est jamais arrivé à destination ? Deux accidents en si peu de temps, sur la même ligne, c’est un peu trop gros, en tant qu’inspectrice rationnelle, je n’y crois que très peu. Mon conjoint a tout simplement disparu, ne voulant pas être retrouvé. Et moi, sur sa trace, je suis prise dans un accident d’avion, entourée par des gens qui criaient, des gens qui mouraient, des gens coincés comme moi…

Je me lève enfin, je ne veux pas rester là et ce, malgré mon mal de crâne atroce. Je vois trouble d’un coup et je comprends que j’ai du sang qui coule de mon crâne mais je n’ai pas le temps de m’occuper de cela, une blonde a pris les devants et demande à tous ceux qui peuvent l’aider d’apporter leur soutien pour aider les plus mal au point. Je n’en suis pas encore là, je n’ai qu’une égratignure sur le front. Je m’approche de la blonde qui s’occupe déjà de plusieurs blessés, à mon tour, je prends en charge l’un des blessés tout près de moi. Un autre homme propose d’aller dans le cockpit pour chercher de quoi aider, une trousse de secours, par exemple. Moi, j’essaie de trouver un garrot pour son bras qui perd énormément de sang. Je déchire une partie de mon t-shirt et serre le bras de ce pauvre malheureux. Tout en m’attelant à ma tâche, je dis à la jeune blonde :

« Peut-être qu’il faudrait aussi s’occuper de votre bras à l’occasion, ça me semble être une vilaine blessure que vous avez là ! »

J’en savais quelque chose, dans mon boulot de lieutenant, j’avais plus d’une fois été en présence d’une scène catastrophique où il fallait parer au plus pressé… Malheureusement, je n’avais qu’un brevet de secouriste, je n’étais pas médecin, comme cette femme semblait l’être.

« Vous êtes médecin ? »

Lui demandais-je pour savoir si je pouvais me fier à elle. Après tout, j’étais quelqu’un de méfiant et je voulais savoir si la jeune femme savait ce qu’elle faisait là.

Voir le profil de l'utilisateur
Emma SwanWHATEVEREmma Swan
ÂGE RÉEL : 23
MESSAGES : 90
ANNIVERSAIRE : 02/02/1996
INSCRIPTION : 30/07/2019
GROUPE : Les solitaires
EMPLOI : Détective Privé

100 passagers tombés du ciel...
Emma, Kate, Lorne & Clarke
Ce jour-là, jamais elle n’aurait pensé qu’une telle catastrophe allait se produire. Jamais elle ne s’était dit qu’en montant dans l’avion, elle n’allait peut être plus jamais revoir son fils ou les gens qu’elle aimait. Jamais elle n’avait même considéré une seule seconde que cela puisse se produire. Emma n’était pas du genre à imaginer le pire. Elle préférait vivre le moment présent et accepter ce qui se présentait à elle, tant bien que mal. Malgré cela, les accidents arrivent sans prévenir. Elle venait d’en être la victime. Les secousses, la panique générale, les gens qui crient, l’avion qui chute rapidement dans le vide. Dans un moment de panique, Emma ferma les yeux pensant à sa famille et à son fils restés à Storybrooke. Elle ferma les yeux et serra les poings. Dans quelques minutes, voire quelques secondes, elle ne les rouvrirait peut être plus jamais. Et puis vint le crash, un fracas assourdissant, plus de cris, plus de peur, plus de panique. Rien. Rien d’autre que le néant.

Quand elle rouvrit difficilement les yeux, Emma se trouva allongée sur le sable fin d’une plage. L’odeur de fumée et de brûlé la réveilla, elle qui ne dormait pas vraiment. Pendant un instant, elle n’entendit rien aux alentours jusqu’à ce qu’elle finisse par tendre l’oreille. Elle se força à se redresser et se rendit compte qu’elle avait une épaule déboîtée et qu’un bout de ferraille était venue se loger dans sa cuisse gauche. Sa respiration s’accéléra, elle savait qu’elle devait retirer ce bout de ferraille rapidement. Elle ferma les yeux, de nouveau, rugit férocement tout en retirant la ferraille de sa jambe. Ses larmes coulaient sans qu’elle ne puisse les contrôler. Elle pansa sa blessure en déchirant une manche de son haut qu’elle enroula autour de sa cuisse. Elle ne put ensuite plus bouger et se rallongea, gardant les yeux clos.

Soudain, elle entendit une voix féminine au loin. Une voix qui appelait à secourir les personnes dans le besoin. Était-elle dans le besoin ? Elle rouvrit les yeux, s’assit et se releva, non sans mal pour faire face au chaos, à la destruction et à la mort que ce crash d’avion avait créé. Emma vit des personnes ayant du sang de la tête aux pieds, des passagers de tout âge qui criaient à l’aide. Son regard se porta sur un enfant d’une dizaine d’années en pleurs bloqués sous une aile de l’avion. Sans réfléchir, elle se dirigea vers ce dernier et l’aida à s’extirper de là. Elle le conduit près des arbres en suivant les ordres de la femme blonde au loin. « Ne t’inquiète pas, reste calme, tu étais avec tes parents ? » Lui demanda-t-elle calmement. L’enfant en état de choc ne put que hocher de la tête. Emma essaya de le rassurer tant bien que mal et lui promit qu’elle reviendrait vers lui après avoir aidé autant de monde que possible.

La jolie blonde se dirigea en boitant vers le groupe de personnes qui aidait les blessés. Elle s’approcha de l’homme qui avait pris la parole. « Laissez-moi vous accompagner dans le cockpit, on sera plus efficaces à deux. » Ils étaient peu de survivants comparé au nombre de passagers initial dans l’avion. Elle reprit, en s'efforçant de paraître forte alors qu'elle souffrait intérieurement de douleur - tout comme les autres, se disait-elle. : « Il n’y a pas de temps à perdre, allons-y » Alors qu’elle regardait autour d’elle, Emma n’eut plus aucun doute. Si l’Enfer existe, ils venaient de le trouver.

Codage par Libella sur Graphiorum


Emma Swan
If you want to change things, you're gonna have to go out there and change them yourself, because there are no fairy godmothers in this world.
Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 98
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
100 passagers tombés du cielClarke, Kate et LorneLe peu d’ordre qui semblait se débattre dans le chaos de l’écrasement était sûrement ce qui permettait à Clarke de garder la tête froide. Elle avait beau réagir rapidement et efficacement, enfin, elle espérait, c’était surtout grâce à l’adrénaline. Bon, son diplôme y était pour quelque chose, mais ce bout de papier avait beaucoup moins de valeur que l’expérience. Tout ce qu’il offrait, c’était la preuve qu’elle avait les connaissances nécessaires pour faire le travail qu’elle s’était empressée de faire. Comment elle le faisait … C’était autre chose.

Que ce soit le nombre de personnes, sa tête ébranlée ou la panique ambiante, elle manquait de précision dans ses observations, se contentant de regarder l’ensemble sans profondeur, ne remarquant pas à quel point les gens pouvaient paniquer. Tout ce qu’elle aurait dû apprendre en étant guidée par des gens travaillant depuis dans années dans le domaine, elle devait y penser par elle-même et c’était particulièrement stressant. Rapidement, la blonde comprit qu’elle devait déléguer avant de devenir folle. Mais … Déléguer comment ? Que faire ? Ce n’était pas un hôpital de grande ville, mais une île déserte renfermant trop d’inconnu et de danger pour tant de blessés. Il fallait que le groupe s’éparpille le moins possible, donc valait mieux rester autour de l’avion … Clarke prit donc la décision de demander aux autres de rester autour de la zone du crash tandis qu’elle se penchait sur les blesser. À son grand plaisir, un homme répondit rapidement à son appel, suggérant de fouiller les valises et le cockpit. L’idée était brillante, beaucoup de choses y étaient sûrement rangées puisque l’endroit était hors de portée des passagers. Clarke hocha la tête à l’affirmative. « Bonne idée. » Une blonde se présente alors aux côtés de l’homme et propose d’aider le premier inconnu, faisant sourire Clarke. Si la cohésion pouvait se créer si facilement, ce bordel serait plus facile à vivre pour tout le monde. « À vous de voir, rester ensemble serait plus efficace, mais se diviser aussi. Si vous allez ensemble dans le cockpit, ne vous perdez pas de vue. Cet avion est un tombeau infernal. »

De son côté, elle continuait à soigner tout le monde, mais c’était peu efficace. Elle pouvait passer une vingtaine de minute pour stabiliser au mieux le bras cassé de quelqu’un pour ensuite s’occuper d’une autre personne pendant à peine deux minutes. Les besoins étaient divers et variés, demandaient des soins différents … Elle devait faire un triage, mais comment ? Comment allaient réagir les patients en se faisant dire qu’ils pouvaient attendre ? Ceux qui étaient au-delà de ses compétences et de son matériel ? Quel bordel … C’était à ce moment qu’une autre blonde avec une vilaine égratignure au front s’adressait à la soigneuse. Terminant son bandage, cette dernière se relève pour faire face à la personne lui adressant la parole. L’inconnue désigne la blessure sur son bras et Clarke l’observe avant d’hausser les épaules d’un air désintéressé. « Y’a plus important. » Le premier réflexe de Clarke est de lui relever le menton pour étudier sa blessure et son regard. « Tu pourrais avoir une commotion, mais si tu peux tenir debout je ne m’opposerai pas de ton aide. Je m’en occuperai plus tard. Je suis docteur en chirurgie, je n’ai pas vraiment eu le temps d’accumuler de l’expérience, mais c’est déjà ça … » Étudiant plus attentivement celle qui l’aidait avec les blessés, Clarke remarqua son sang-froid. Soit elle était d’un calme inébranlable, soit elle était super forte à le faire croire. « Et vous ? Vous soignez, vous semblez calme … Médecin aussi ? Policière ? Si vous avez déjà fait de la gestion de crise, je ne suis pas contre … »   


:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Wesley Wyndam-PryceWHATEVERWesley Wyndam-Pryce
ÂGE RÉEL : 24
MESSAGES : 232
ANNIVERSAIRE : 27/08/1994
INSCRIPTION : 17/04/2019
GROUPE : Quatrième : le lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Verdun.
EMPLOI : Neurochirurgien.
Toi qui as longtemps regardé la série Lost autant dire simplement qu'à cause de cette série tu as développé une claustrophobie assez importante et maintenant que tu te retrouves dans cette situation disons que tu n'es pas emballé du tout. Te retrouver bloqué sur une île ? Rien que ça ? A vrai dire ça t'amuse plus qu'autre chose mais ça t'énerve aussi énormément.

Mais au moins tu as survécu et c'est le plus important. Et dire qu'à la base tu fuyais Chicago pour aller à L.A suite à une rupture difficile avec celui que tu pensais être l'amour de ta vie. C'est vraiment la merde.

Et là tu es posé sur la plage et tu écoutes les instructions d'une blondinette qui semble très bien gérer la crise dans laquelle vous vous trouvez. Tu emmènes des blessés vers la forêt pour qu'ils soient en sécurité puis tu retournes vers elle et tu suggères l'idée d'aller vers le cockpit voir s'il y a du matériel ainsi que fouiller dans les valises voir s'il y a quelque chose d'intéressant dedans « Bonne idée. » Tu souris ravi de voir que la blonde est du même avis que toi. C'est à ce moment-ci qu'une autre blonde vient vers toi « Laissez-moi vous accompagner dans le cockpit, on sera plus efficaces à deux. » Tu acquiesces alors en souriant. « Il n’y a pas de temps à perdre, allons-y » A nouveau tu acquiesces tout en te tournant vers la femme médecin et une autre femme qui vient de vous rejoindre.

« Très bien allons-y. » Tu dis à la jeune femme. « Nous reviendrons le plus rapidement possible ! C'est promis. » Tu dis en soupirant.

Tu te mets alors en chemin avec la jeune femme blonde dont tu ignores tout et tu cherches le nez de l'appareil où il devrait y avoir quelque chose, une trousse de secours peut-être, éventuellement une radio... Dans Lost c'est ce qu'ils avaient fait, bon ça ne s'était pas super bien passé pour eux pour le coup mais tu gardes espoir.

« Je m'appelle Lorne... Je suis fan de Lost... Mais à vrai dire je ne pensais pas vivre une expérience comme celle-ci un jour. » Tu dis en soupirant... « Vous venez d'où ? » Tu demandes histoire de faire la conversation en attendant de trouver ce que vous cherchez...
Voir le profil de l'utilisateur
Emma SwanWHATEVEREmma Swan
ÂGE RÉEL : 23
MESSAGES : 90
ANNIVERSAIRE : 02/02/1996
INSCRIPTION : 30/07/2019
GROUPE : Les solitaires
EMPLOI : Détective Privé

100 passagers tombés du ciel...
Emma, Kate, Lorne & Clarke
Les deux inconnus se mirent en chemin en direction du cockpit pour y trouver une trousse d’urgence qui pourrait surement aider les survivants à aider les blessés. Emma n’avait aucune idée du contenu d’une telle trousse de secours et se demandait sincèrement si elle allait pouvoir aider une seule personne dans une telle situation chaotique. En attendant, l’homme qui l’accompagnait commença la conversation, pour faire passer le temps plus vite ou pour éviter de trop ruminer surement. A sa mention de Lost, Emma répondit : « Je ne suis pas vraiment à jour sur les séries télé. Comment ça se finit pour eux ? » Même si elle savait bien que la situation qu’ils vivaient actuellement n’était pas comparable à celle d’une série télé, Emma espérait que tout cela n’était qu’un cauchemar et qu’elle se réveillerait bien assez tôt. Le réveil n’était pourtant pas prévu pour tout de suite…

L’homme qui l’accompagnait se nommait Lorne, un prénom bien atypique qui étonna Emma plus qu’autre chose. Elle n’avait jamais entendu pareil prénom auparavant. Elle se présenta donc à son tour :  « Moi c’est Swan. Emma Swan. Je viens de Stor…, elle se reprit finalement rapidement, se rendant compte que la mention de Storybrooke ne permettrait pas forcément de répondre clairement à Lorne ;  je viens d’une petite ville du Maine » Les deux inconnus ne s’arrêtèrent pas en chemin. Ils avançaient tels des automates qu’aucun obstacle ne pouvait arrêter. Arrivée en face du cockpit bien détruit, Emma s’y aventura en première en s’abaissant pour rentrer. Elle avança doucement pour ne pas faire davantage de dégâts. Il était difficile de repérer quoique ce soit dans cette cabine de pilotage mais Swan remarqua un objet rouge, sous un des sièges du conducteur. Il s’agissait d'une trousse médicale basique qu’elle prit donc en main et qu’elle ouvrit sans attendre. « Regardons ce qu’on a là… , elle ne trouva pas grand-chose de très utile : des médicaments pour éviter les maux de ventre, les migraines On ne va pas aller loin avec ça… »  Elle continua à fouiller dans la trousse et trouva finalement des bandages ! C'était déjà ça...

Alors qu’elle continuait à fouiller dans le cockpit pour y trouver une trousse d’urgence un peu plus fournie, elle s’adressa de nouveau à Lorne « Si ce n’est pas indiscret, pourquoi avez-vous pris cet avion vous ? » Emma regarda à droite, à gauche, en haut, en bas mais ne trouva pas la trousse médicale d’urgence normalement présente dans chaque avion contenant du matériel un peu plus poussé et des médicaments un peu plus forts. Elle soupira de désespoir.


Codage par Libella sur Graphiorum


Emma Swan
If you want to change things, you're gonna have to go out there and change them yourself, because there are no fairy godmothers in this world.
Voir le profil de l'utilisateur
Kate BeckettWHATEVERKate Beckett
ÂGE RÉEL : 33
MESSAGES : 73
ANNIVERSAIRE : 13/02/1986
INSCRIPTION : 13/05/2019
QUARTIER RÉSIDENTIEL : A venir
EMPLOI : Agent du FBI


La situation empirait à mesure que le temps passait, les blessés s’accumulaient, les morts s’enchaînaient et des voyageurs, il ne restait qu’une poignée d’entre eux. J’étais heureuse d’être encore parmi les vivants et pourtant, l’enfer n’aurait pas été pire que ça. J’approchais du petit groupe qui s’occupait des blessés et je leur prêtais main forte parce qu’il fallait que je m’occupe. Je suis de ces gens qui ne savent pas rester inactifs, il faut toujours que je fasse quelque chose et, en tant que lieutenant de police, je savais faire face aux situations de crise. Ok, je n’avais jamais eu l’occasion de vivre une telle situation de crise mais tout de même, j’avais ce petit plus qui, je l’espérais, nous permettrait d’avancer un peu plus vite pour sauver les blessés. Quand j’arrivais près de la blonde qui avait pris les choses en main, deux autres personnes s’étaient proposé d’aller voir dans le cockpit et je saluais – silencieusement – cette initiative d’un signe de la tête. Effectivement, c’était une bonne idée, faire des recherches sur les ressources possibles à trouver dans les décombres de l’appareil, que ce soit des médicaments ou tout autre chose. Parce que Kate pensait déjà à l’après, le moment où ils devraient tenter de survivre le temps que l’on vienne les secourir. Il allait falloir se mettre à l’abri, on ne savait pas ce qui pouvait se cacher la nuit sur cette île. Alors qu’ils partaient déjà vers le cockpit, je ne pus m’empêcher de leur lancer un petit avertissement.

« Et faites attention aux débris, ils pourraient vous êtres fatals ! »

Je leur crie sans être certaine qu’ils aient entendu ce que je leur disais. Puis, je continuais ma tâche, au côté de cette femme qui semblait savoir ce qu’elle faisait. Elle faisait preuve d’un courage extrêmement incroyable et je lui dis tout de même qu’il faudrait penser à soigner sa blessure et comme je me l’imaginais, j’eus droit à une phrase que j’aurais pu sortir moi aussi. Oui, il y avait plus important mais si la seule personne capable de soigner ces gens mourrait, on n’irait pas loin. La blonde me regardait à présent, elle venait de finir un bandage et elle me fixa, j’allais lui répondre quand elle me prit le menton du bout des doigts pour examiner la blessure sur mon front.

« Ça ira, je n’ai pas de symptômes pour l’instant ! Je crois qu’il y a, effectivement, plus mal en point que nous deux ! »

Dis-je avec un petit sourire tandis que je m’occupais d’un nouveau blessé que je trouvais un peu plus loin. Elle me raconta être un docteur en chirurgie mais qu’elle n’avait pas encore eu le temps d’accumuler de l’expérience. Je souris et je lui dis :

« Je crois que ces gens seront bien d’accord avec toi, c’est déjà ça ! »

Si on pouvait sauver ne serait-ce que tous les blessés, ce serait une bonne surprise. Il était clair que cela serait compliqué d’avoir que des survivants parmi ces blessés mais dans de tels conditions, on faisait comme on pouvait. Puis, elle me demanda ce que je faisais comme métier au vu de mon calme.

« Lieutenant de police et malgré toute mon expérience, je n’ai encore jamais été confrontée à une telle catastrophe ! Et j’ai l’air plus calme qu’il n’y paraît à l’intérieur ! »

Je ne sais pas pourquoi je me confiais à elle mais je le fis sans vraiment m’en rendre compte.

« Je m’appelle Kate Beckett et toi ? »

Je lui demande alors que je termine de soigner le blessé léger que je venais de déposer à nos côtés.

« Je te propose de faire comme ça, je mets les blessés qui peuvent attendre d’un côté et ceux qui ont besoin de soin immédiatement de l’autre côté. J’ai un brevet de secouriste de première intervention, s’il faut, je m’occupe des blessés légers quand j’aurais retrouvé tous les blessés et si tu as besoin de mon aide, je reviens vers toi ? Peut-être qu’on pourrait aller plus vite comme ça ? »

J’en doutais mais je ne savais pas quoi lui proposer d’autres, en cas d’urgence, il fallait improviser et j’improvisais.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
100 passagers tombés du ciel [Kate, Lorne ...]
» Le Fossoyeur - La Couleur tombée du Ciel - Hobbits - Zquigbowl
» Tombées du Ciel | ft. Jezabel
» Les 4 sacrés du ciel
» Ho Oh, l'arc en ciel eternel
» Nouvelle ! Ciel Vermeil [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: