Revenir en haut Aller en bas

WHATEVER 2.04 EST LÀ ! VERSION 15 LES DÉTAILS
BIENVENUE SUR WHATEVER, FORUM CROSSOVER SÉRIE TV
AIDEZ-NOUS À PROMOUVOIR LE FORUM : PRD ET BAZZART

Partagez
Eddie BrockWHATEVER, JE SUIS
ADMINISTRATEUR
Eddie Brock
ÂGE RÉEL : 25
MESSAGES : 352
ANNIVERSAIRE : 05/01/1994
INSCRIPTION : 11/07/2018
EMPLOI : Journaliste.

such a bad deal
Peter & Eddie

« i grew up a loser, and i always felt like one, but i turned out pretty okay. i may be living proof that you can spend your whole life feeling like you're falling down a set of steps and still maybe land on your feet at the bottom. »
Finir rédacteur en chef, ne plus recevoir d’ordre, les donner, Eddie s’y voyait bien mais ça voulait aussi dire quitter le terrain et lâcher sa plume. Autant dire qu’il n’a pas encore donner son dernier mot, maintenant qu’il avait tout une carcasse à ronger. Il avait le sujet parfait ce qui contentait pleinement ses patrons, enfin, à condition qu’il trouve des éléments sur quoi travailler, s’il a réussi à dénoncer des choses dans ses derniers articles, il lui fallait de la nouveauté. Eddie comptait bien en avoir, par tous les moyens qui lui sont à disposition, et s’il n’en a pas, il s’en créera. Si Eddie n’était pas aussi en marge de la société, il aurait largement pu être un excellent flic mais, ce n’était définitivement pas sa tasse de thé. La police est aussi véreuse que ceux qu’elle pourchasse qu’il vous répondrait. Sa dernière petite trouvaille était Barnes, les journaux en ont parlé, mais que d’un point de vue, le leur. Lui voulait l’autre côté, il voulait savoir ce que lui avait à dire. Toute cette affaire sentait mauvais, il en avait la conviction. Et une chose était sûr, il pouvait toujours compter sur son instinct pour dénicher la perle rare. Mais Barnes n’est pas si facile à approcher. Eddie avait tenté directement pour se prendre un refus, de ses supérieurs. « Non Brock, il est hors de question, on va avoir l’armée et le gouvernement sur le dos. On en fait assez. » qu’ils disaient. Même s’il a feinté de comprendre la situation, ça n’avait qu’augmenter sa motivation à en savoir plus. Pourquoi l’armée et le gouvernement seraient sur le dos du journal ? C’est qu’il devait cacher quelque chose.

Si Eddie ne pouvait pas approcher Barnes de lui-même, il trouverait un autre moyen. Et ce moyen lui avait été servi sur un plateau d’argent, enfin, sur un cv miteux et de la main d’un gamin. Un gamin des plus intéressants. Ce dernier voulait faire un stage dans le journal, à vrai dire, la rédaction lui avait imposé, c’était avec lui qu’il découvrirait le mieux le milieu, qu’ils avaient dit. Au début, autant dire qu’il n’en voulait pas, avoir un gamin dans les pattes n’allait que l’empêcher de travailler comme il veut.  Mais les choses se sont montrés bien plus intéressantes par la suite, le gamin avait insisté pour être son stagiaire à lui parce qu’il enquêtait sur Barnes et qu’il s’agissait de son frère et qu’il voulait le retrouver. Il voyait la solution parfaite sous le nez, il ne la laisserait pas lui passer sous le nez. Donc il avait accepté de l’aider à certaine condition, il devait lui obtenir un interview avec ce dernier. Assis derrière son bureau, il l’attendait, le gamin était finalement allé voir son frère. Il voulait savoir comment ça s’était passé et s’il avait tenu sa part du marché.

Buvant son café, il faisait ses propres recherches, il était toujours important d’être le plus informé, un rien peut devenir un scoop et dans le milieu, c’est à celui qui le publiera en premier. « Il est en retard ! Tu t’es fait avoir comme un bleu, Eddie. », il leva les yeux en l’air. « Non, fermes la, je ne t’ai pas sonné. » qu’il souffla, profitant encore d’être seul pour parler avec… ce con au fond de son crâne, toujours là pour lui briser les parties quand il n’en a pas envie. Surtout qu’il avait tort, le gamin avait toqué à la porte, juste après. Eddie attrapa son paquet de cigarette, tout en l’invitant à entrer. La tige de tabac entre ses lèvres, il l’alluma. Il n’en avait strictement rien à faire de l’interdiction de fumer, personne ne l’empêcherait de le faire de toute façon.

« Parker, dis-moi que tu as de bonnes nouvelles pour moi ? » qu’il fit alors en s’appuyant sur son bureau. « Il est revenu bredouille, moi j’te le dis ! » que l’autre grognait dans son crâne, il tapa sur son bureau par agacement. Soufflant, il releva le regard vers le gamin. « Alors ? » qu’il s’impatientait, il avait intérêt à ce que ce soit positif, il n’avait pas envie d’entendre l’autre jacasser et crier sa victoire, de quoi contrarier Brock pour la journée.
(c) DΛNDELION




I'll never kill myself to save my soul
Unsainted ☽ I'm just weathering a rough patch. Another villain with an itch to scratch. Denial is the darkest when you live in a hole. Why does the hell make you feel so cold?
Voir le profil de l'utilisateur
Peter ParkerWHATEVERPeter Parker
ÂGE RÉEL : 20
MESSAGES : 33
ANNIVERSAIRE : 10/03/1999
INSCRIPTION : 12/05/2019
EMPLOI : Lycéen et stagiaire

SUCH A BAD DEAL
Take me now, baby, here as I am
Hold me close, try and understand
Desire is hunger is the fire I breathe
Love is a banquet on which we feed
Du haut de ses 16 ans, Peter avait tout de la vie d’un adolescent lambda mais Dieu sait que sa vie était loin d’être normale. Non, il n’était pas question de maltraitance infantile ni même de pauvreté ou de parents trop strictes. Il était juste question d’un frère présumé terroriste qui essayait de se reconstruire loin de sa famille oubliée au fond de sa mémoire, ce même frère que Peter voulait à tout prix retrouver malgré les interdictions de sa mère. Seul au monde, l’adolescent avait dû se débrouiller par ses propres moyens s’il voulait retrouver son frère. Au bout de plusieurs mois de recherche, Peter était finalement parvenu à se retrouver dans la même ville où, en théorie, Bucky résidait maintenant. Le lycée qu’il voulait fréquenter se trouvant à Spring Arrow et sa tante y vivant par la même occasion, le garçon ne pouvait que remercier le destin. Mais être dans la même ville était une chose, le retrouver en était une autre. C’était un peu comme chercher une aiguille parmi une demi douzaine de botte de paille et Peter devait faire preuve d’intelligence, ce qui le mena progressivement à chercher un stage dans les locaux d’un journal. Après des dizaines de refus, c’est finalement le journal le plus réputé de la ville qui accepta finalement le petit stagiaire bien que ce n’était pas encore gagné. En effet, on avait confié Peter à Eddie Brock qui, semblait-il, était le meilleur dans son domaine. Si, au début, le journaliste semblait totalement désintéressé à l’idée d’avoir un stagiaire dans ses pattes, il s’avéra finalement que les deux avaient un objectif commun : James Barnes. En l’échange des informations qu’il avait en sa possession et le déroulement de son stage, Peter devait dénicher à Eddie une interview de son frère malgré les interdictions de ses supérieurs. C’était un pacte avec le Diable.

Grâce à Brock, Peter avait enfin pu rencontrer son frère après de longues années de séparation et d’attente. Mais les retrouvailles ne se sont pas réellement passées comme prévu et la situation semblait plus compliqué. La mémoire lessivée par ses années de tortures, Bucky n’avait plus le moindre souvenir de l’existence de Peter et la promesse du garçon semblait donc compromise pour le moment… Maintenant, il allait s’agir d’annoncer la nouvelle à son maître de stage et ça non plus, ça n’allait pas être du gâteau. Complètement bouleversé de cette situation, Peter avait encore pleuré dans les transports sur le chemin qui le menait aux bureaux du journal. Il prenait son temps, en traînant des pieds et le retard commençait à se faire compter. Finalement, Peter n’eut qu’une dizaine de minutes de retard avant qu’il ne se trouve en face du bureau d’Eddie. Inspirant profondément et en essuyant les dernières traces de larmes, il frappa à la porte. Au travers, il put entendre la voix du journaliste qui l’invitait à entrer dans son bureau et c’est tout timidement que Peter s’exécuta. Il vint ensuite prendre place dans le fauteuil en face de l’adulte mais à aucun moment il ne croisa son regard. Il allait se prendre une soufflante, il en était convaincu… Mais après cette journée, il n’était plus vraiment à ça près maintenant.

“Eh bien… Disons que ça ne s’est pas passé comme prévu, m’sieur…”

Avoua timidement Peter avant de ne tousser quand la fumée de cigarette lui parvint jusqu’aux narines. Il détestait définitivement l’odeur de la cigarette. Prenant finalement son courage à deux mains, il releva son regard vers son supérieur et poursuivit.

“À vrai dire, mon frère ne se souvient plus de moi... Je crains que votre interview ne tombe à l’eau, ou il faut envisager une autre solution…”
code by bat'phanie



— If you’re nothing without that suit, then you shouldn’t have it. —
©️ EXCEPTION
Voir le profil de l'utilisateur
Eddie BrockWHATEVER, JE SUIS
ADMINISTRATEUR
Eddie Brock
ÂGE RÉEL : 25
MESSAGES : 352
ANNIVERSAIRE : 05/01/1994
INSCRIPTION : 11/07/2018
EMPLOI : Journaliste.

such a bad deal
Peter & Eddie

« i grew up a loser, and i always felt like one, but i turned out pretty okay. i may be living proof that you can spend your whole life feeling like you're falling down a set of steps and still maybe land on your feet at the bottom. »
« Tu ne tireras rien de ce gosse Eddie, regarde-le, il serait pas capable de convaincre un ancien terroriste, je suis sûr que même un enfant de 5 ans est plus intimidant que lui. » L’autre continuait son char alors qu’Eddie tentait simplement de l’ignorer, mais il insistait. « Nan mais regarde le, avec son air de chien battu ! Si toi t’es un loser alors lui, c’est pire ! Il va te tirer vers le bas, parce qu’en plus de te rater l’interview, si les boss découvrent ce que tu prépares, t’es fichu Brock ! FICHU ! »  Le journaliste, agacé plaqua sa main contre son visage allant masser ses tempes avec ses doigts. Ce serait trop beau que le gamin soit venu avec une bonne nouvelle et surement bien trop facile quand on y réfléchit bien. Mais Eddie en avait strictement rien à foutre que Peter ne voulait pas foutre en l’air la relation avec son frère, s’il y en avait une tout du moins. Il voulait son interview et il avait intérêt à lui refiler s’il voulait pas qu’il fasse de sa vie un enfer. Recrachant sa fumé en l’air et non pas directement dans le nez de l’adolescent, il finit par écraser son mégot et se redresser sur sa chaise. Il croisa ses doigts et appuya ses mains sur le bord du bureau. « Comment ça, ça ne s’est pas passé comme prévu ? » qu’il demanda alors, pour qu’il s’exprime plus. Il n’aimait pas ce genre de nouvelle. Les explications donné, Eddie soupira. « Je te l’avais dit ! » grognant dans sa barbe, il ferma les yeux et soupira.

« Donc au premier obstacle, tu abandonnes ? » que Brock lui demanda en le regardant dans les yeux, il voulait voir s’il n’avait pas une lueur de courage en lui, des couilles comme certains diraient. Il sentait qu’il y avait quelque chose, mais il n’arrive pas à savoir quoi. Il avait déjà eu le courage d’aller voir son frère malgré ce qu’il sait sur lui. Il était là alors que ses parents lui avaient interdit, il n’était pas si lâche. Eddie devait juste le pousser à voir plus loin que le bout de son nez et ne pas abandonner si vite. « Bien sûr qu’il abandonne, c’est une lavette ! Vire le, Eddie ! » Non, il ne le virerait pas, pas pour le moment, il avait attrapé un trop gros poisson pour le laisser s’échapper. Eddie a appris que dans la vie, il faut parfois tout donné pour recevoir quelque chose. Il ne serait pas là sans ça. Il n’était plus le journaliste à la ramasse moquée par la rédaction. On le regardait de travers, on lui faisait de sale remarque mais c’était lui le meilleur, pas eux.

« Ton frère t’a oublié que tu dis ? Eh bien, rapproche-toi de lui, devient à nouveau son frère. Devenez ami. Et après, tu auras ce que tu voudras. » qu’il fit tout en se levant attrapant des papiers, son vieux dictaphone et son paquet de clope et contourna son bureau pour passer à coté de l’adolescent. « Bon allez, ramène-toi, on va sur le terrain aujourd’hui. Pas question que tu rendes services à ces cons. Autant que tu me sois utile. » « Inutile tu veux dire ? Eddie ! »  Enfilant sa veste en cuir, il attrapa son casque et entraîna l’ado dehors avec lui, vérifiant qu’il a bien son deuxième casque dans le coffre, il lui tendit en voyant que c’était le cas. « Par contre, je te préviens d’avance. C’est moi qui parle, toi t’observes. » qu’il grognait tout en enfilant son casque. Une fois sur la moto et l’autre aussi, il se mit en route jusqu’au lieu en question.

Il se gara sur le trottoir non loin du lieu où ils se rendaient. « C’est l’inauguration d’un mémorial d’un lieu des attentats de ton cher frangin. Tu vas prendre ton petit cahier de note et tu vas me noter comment est le lieu, qui se trouvent ici, je veux tout savoir alors tu rates rien d’important, capish ? » qu’il fit alors qu’il sortait une cigarette de son paquet. « Je vais discuter avec les politiciens là-bas, tu me rejoins quand tu as fini. » qu’il rajouta tout en partant vers le groupe de requin à cravatte.
(c) DΛNDELION




I'll never kill myself to save my soul
Unsainted ☽ I'm just weathering a rough patch. Another villain with an itch to scratch. Denial is the darkest when you live in a hole. Why does the hell make you feel so cold?
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
» Peter Parker | Spider Man
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Peter Lentz [Validée]
» Peter Holloway [Serdy]
» syndrome Peter Pan...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: