Revenir en haut Aller en bas

WHATEVER 2.04 EST LÀ ! VERSION 15 LES DÉTAILS
BIENVENUE SUR WHATEVER, FORUM CROSSOVER SÉRIE TV
AIDEZ-NOUS À PROMOUVOIR LE FORUM : PRD ET BAZZART

Partagez
Anthony StarkWHATEVER, JE SUIS
IRON MAN
Anthony Stark
ÂGE RÉEL : 27
MESSAGES : 2217
ANNIVERSAIRE : 23/07/1992
INSCRIPTION : 22/05/2018
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Dans un manoir à l'extérieur de Montréal
EMPLOI : PDG de la Stark Industries
❝  Seules les âmes très fortes peuvent supporter les grandes solitudes. ❞I'm gonna diePour la troisième journée de suite, Tony n’arriva pas à sortir du lit. Ça ne lui ressemblait pas. Lui qui était un écharné du travail, il était toujours debout à l’aube pour prendre soin de ses récoltes et pour être dans les premiers arrivés au marché. C’était très important pour lui… Pourtant, pour la troisième journée consécutive, l’homme n’avait pas l’intention d’ouvrir son kiosque. Ce n’était pas par manque de volonté, mais bien, car il avait complètement perdu la notion du temps. Il était allongé dans son lit dans lequel il bougeait à peine. Sa respiration était très lourde, soulever sa poitrine pour respirer était pénible… Ça lui faisait mal. Ses dents claquaient ensemble sans arrêt, il était complètement frigorifié. Pourtant, il avait une épaisse couverture sur lui qui devrait le tenir au chaud… Mais non, ça n’avait aucun effet. Il était gelé… Gelé tandis que la sueur perlait sur son front trahissant la fièvre qui prenait entièrement possession de son corps.

Anthony était malade. Il suffisait de le regarder pour le savoir, mais lui… Il ne le savait pas ou plutôt, il ne le réalisait pas. Sa tête était complètement ailleurs. Il n’arrivait plus à réfléchir correctement. Il avait l’impression qu’on était en train de marteler sa boîte crânienne sans relâche. Il avait juste envie de s’arracher les cheveux… Mais ça non plus, il n’arrivait pas à le faire. Bouger lui semblait impossible. Il se sentait si fatigué. « Maman..? » murmura-t-il en jetant un rapide coup d’œil vers la porte de sa chambre qui venait de s’ouvrir. « Tu m’as tellement manqué… » souffla-t-il en observant le plafond tandis qu’on avançait vers lui. Lentement, il tourna la tête sur son oreiller et un doux sourire se dessina sur ses lèvres tandis que son regard sombre se posait dans celui si clair, si beau de sa mère. « Ne me laisse plus… » Il sentit sa gorge se serrer tandis qu’il leva une main pour la tendre vers le fruit de son imagination. « Tout va bien Anthony… » murmura sa mère qui ne se saisit pas de sa main, elle la posa délicatement sur sa joue et le marchand ferma les yeux, visiblement rassuré par ce contact qui sortait uniquement de sa tête.
2981 12289 0



You’re in a relationship
with me, nothing will ever be okay. I'm gonna die ▬ CLARKE&TONY Seahorse-vert

Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 98
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
I'm gonna dieClarke et TonyClarke n’avait jamais vu ça. Qu’est-ce qu’il pouvait bien avoir attraper ?! Ça faisait trois jours sans que la situation de Tony s’améliore, en fait, Clarke peinait à le tenir stable. Heureusement, elle avait vu les premiers symptômes et, évidemment, Tony étant têtu comme une mule, il n’avait pas écouté la blonde ! « Ce n’est rien. » Disait-il. « Je ne tombe jamais malade ! » Disait-il. Alors, avec une fièvre de mort, le corps frigorifié, les poumons affaiblis et des hallucinations, il n’était toujours pas malade ?!

La soupe sur le feu était presque prête et Clarke commençait à recevoir la visite des paysans inquiets. Un bout de tissu cachait constamment sa chevelure blonde et les questions des inconnus disparaissaient rapidement lorsqu’elle évoquait la haute probabilité de contagion. En réalité, Tony n’était pas du tout contagieux. Elle n’avait aucun symptôme et elle faisait que respecter les règles d’hygiène de base. Au moins, ce n’était pas la Grande Pestilence … Clarke était rapidement tombée dans les traitements expérimentaux, Pas de magie, mais elle a rapidement découvert que plusieurs plantes agissaient sur les hallucinations, les calmant ou les amplifiant. Elle qui pensait que c’était une particularité des champignons, elle était agréablement surprise de savoir que traiter ce problème était si facile. Rassemblant son équipement habituel, elle se dirigea vers la chambre de Tony, mais elle s’arrêta en l’entendant murmurer. N’écoutant pas ce qu’Il disait, elle attendit qu’il se taise avant d’entrer pour réaliser qu’il s’était endormi. Bon, Ça n’allait pas être beau …

Déposant un sceau d’eau froide sur le sol, contenant une compresse, ainsi que deux écuelles sur la table de nuit, Clarke retira la grosse couverture qui empêchait Tony de respirer un minimum. Il se plaignait du froid, mais pourtant il crevait de chaud. La blonde pensait que c’était une part de ses délires, mais elle avait vite remarqué que le froid, ou la sensation du froid, trop extrême provoquait une certaine … Labilité comportementale. Elle saisit une première écuelle et étala un cataplasme vert-jaune sur son torse, ce qui soulageait ses bronches. Ensuite, elle saisit une bougie et alluma les herbes de la deuxième écuelle, ses émanations allant alléger l’esprit de Tony. Finalement, elle sortit de sa poche une plante spéciale … Dans le mauvais sens du terme. Elle n’était pas venimeuse, mais presque. Son goût était tout simplement atroce et Clare l’utilisait pour réanimer. Enfin, ébranler le corps et l’esprit. N’importe qui goûtant à cette chose serait complètement alerte quelques secondes plus tard. Inspirant profondément pour se préparer à comment il pourrait réagir, elle releva le menton de Tony avant de lui mettre le supposé remède dans la bouche et la maintenir fermée d’une main de fer pour l’empêcher de recracher. Son corps commença à se secouer en essayant de rejeter la plante jusqu’à ce qu’il réagisse de manière inattendue. Son corps faisant tout pour expulser cette chose étrangère, il expulse tout, un liquide malodorant sortant avec force de sa bouche, glissant entre les doigts de Clarke. « Merde, merde, merde ! » Elle le tira sur le côté pour pas qu’il s’étouffe dans ses propres fluides attendant qu’il se calme.

Une fois qu’il se recoucha sur son lit, Clarke saisit la compresse et l’essora avant d’essuyer le visage de son Parrain. « Désolée, je ne pensais pas que la Fibra Moleculea était si … Déplaisante. » Elle sourit pour essayer de s’attirer sa sympathie. « Bon, écoute. Tu as d’autres symptômes ? Des douleurs chroniques ? Comment vont ta respiration ? Tu peux respirer par la bouche et le nez ? » Elle soupira en rigolant un petit peu. « Désolée, à chaque fois que je te prends conscient de ton environnement, je te bombarde de question … Essaye de ne pas te remettre tour de suite sous la couverture, ton corps tout entier droit respirer. Et ne touche pas mon cataplasme ! J’y ai passé des heures ! » Elle se leva pour retourner rapidement dans la cuisine et revenir avec un vol en bois rempli de soupe. Bon, soupe … C’était une soupe-ragout-potage. Elle n’était pas encore excellente en cuisine et Tony avait besoin de se nourrir, donc … Elle avait tout mis ce qu’elle pouvait mettre ! Elle montra le bol à Tony. « Tu dois prendre des forces pour combattre la maladie, besoin d’aide pour te redresser ? » Elle prit place sur le lit, ignorant les endroits et son propre bras taché des rejets de Tony, elle nettoierait ça plus tard. « Comment tu te sens, toi, je veux dire. Mettons la maladie en sourdine quelques secondes. »  
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony StarkWHATEVER, JE SUIS
IRON MAN
Anthony Stark
ÂGE RÉEL : 27
MESSAGES : 2217
ANNIVERSAIRE : 23/07/1992
INSCRIPTION : 22/05/2018
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Dans un manoir à l'extérieur de Montréal
EMPLOI : PDG de la Stark Industries
❝  Seules les âmes très fortes peuvent supporter les grandes solitudes. ❞I'm gonna dieIl n’était pas malade. Juste un petit peu fatigué. Rien de plus. De moins, c’est ce qu’il essayait de se convaincre tandis que son état empirait jour après jour. Il se sentait de plus en plus faible alors qu’il n’était pas sorti du lit depuis trois jours. Mais il ne tombait jamais malade… Il n’avait pas le temps d’être malade. Pourtant, cette fois-ci, la maladie l’avait frappé de plein fouet. Exactement comme elle avait frappé sa mère qui était décédée quelques jours plus tard. Était-ce sa fin ? Est-ce que son corps allait le lâcher ? … Sa mère décédée vint le rassurer et c’est ainsi que le brun finit par s’endormir. Mais son sommeil n’était pas doux et calme. Au contraire, le marchand était agité et il gémissait de douleur de temps en temps. Il poussa un râle lorsqu’il sentit la couverture qui le tenait au chaud lui être retiré. « Froid… » gémit-il dans son sommeil tandis qu’il étira son bras pour essayer de la rattraper, mais en vain. Il n’était pas en mesure de se redresser. Il était beaucoup trop fatigué pour ça. Ses dents claquèrent ensemble de plus belles tandis qu’il avait cette horrible impression de froid malgré sa chaleur corporelle très élevée.

Les événements qui suivent furent assez flou pour l’homme qui n’était pas seulement endormi. Il était à moitié conscient. La maladie – qu’il n’avait pas – tapait fort sur son organisme en entier. C’est alors que son corps dut combattre un corps étranger qui s’était glissé entre ses lèvres. Sans crier gare, le contenu vide de son estomac fut expulsé. Une magnifique bile jaunâtre s’était répandue dans la chambre et sur sa filleule. La douleur des contractions de son œsophage avait suffi à le sortir de son sommeil. Anthony tenta de se redresser, mais en vain… Il resta plutôt allongé dans son lit tandis que sa nièce appliquait une compresse sur son front. Un frisson parcourut son corps sous l’eau froide, mais il ne se plaint pas. L’homme cligna plusieurs fois des yeux tandis que Clarke le bombardait de questions. Il n’était même pas certain de comprendre ce qu’elle lui disait. Il déglutit. « J’ai froid… » Il avait uniquement ce mot à la bouche. « J’ai mal au crâne. Et aux jambes… » Deux opposés. Il avait l’impression que quelque chose frappait sa tête en permanence tandis qu’il n’osait pas bouger ses jambes tellement elles étaient douloureuses. Il n’était même pas certain de réussir à tenir debout. C’était probablement une douleur musculaire causée par la grippe d’homme qu’il avait. « Enlève-moi ce truc… » dit-il en grimaçant pour voir le mélange d’herbe pâteux qu’il avait sur son torse. « Ça brûle… » Mais c’était complètement dans sa tête. L’effet de la plante était positif sur ses bronches, mais mieux respirer lui donnait l’impression que son intérieur était en feu.

Ignorant pratiquement sa remarque, Clarke quitta sa chambre et Anthony enfonça sa tête dans son oreiller. Il avait un air boudeur sur le visage. Finalement, elle revint avec un bol brûlant et Anthony soupira. « Ça va aller… » Il n’avait pas très faim, mais le liquide chaud allait probablement le réchauffer. Il était en quête de chaleur. Il avait froid. D’une main tremblante, Anthony renta de s’asseoir et s’adossa contre son mur. De longues secondes il fixa dans le vide. Il tourna la tête vers sa filleule et une grimace de dégoût se dessina sur son visage. « T’as une bestiole horrible sur l’épaule… » Il ne pouvait pas s’empêcher de la fixer. Elle était dans son esprit, mais pour lui, elle était bien réelle. « Elle est moche… Je savais pas que existait une mocheté comme ça… » Il tendit une main qu’il balaya pour essayer de la chasser. « Elle ne veut pas bouger… » Il grogna légèrement et tapa directement l’épaule de Clarke avec le peu de force qu’il avait. Son regard ne lâchait pas la bestiole. Ses actions devaient plus ou moins répondre à la question « comment ça va … » Rien n’allait.
2981 12289 0



You’re in a relationship
with me, nothing will ever be okay. I'm gonna die ▬ CLARKE&TONY Seahorse-vert

Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 98
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
I'm gonna dieClarke et TonyTout l’intérêt du travail de guérisseuse était d’offrir des soins médicaux à ceux souhaitant être soignés. C’était sûrement pour ça que c’était un domaine presqu’exclusivement féminin et que le peu d’hommes pratiquant ce métier finissaient séniles. Il fallait bien plus de patience que la gente masculine était capable de connaître.

Tony, lui, refusait les soins. Enfin, il les refuserait s’il en était capable. Il y avait au moins un avantage à sa faiblesse, comme quoi, il y avait peut-être un bon côté à tout ! Selon lui, il n’était pas malade. Il avait sorti plein de sottises, mais Clarke savait déceler les signes d’une maladie. Une fois l’évènement traumatisant du rejet gastrique terminé, la blonde se lança dans ses questions professionnelles en écoutant attentivement son oncle. Le mal de crâne était évident et, pendant un moment, elle eut envie de soupirer, mais, se rappelant qu’il avait des moments d’absence, voire de démence, elle décida de ne pas lui en tenir rigueur. La suite, par contre, l’intéressa beaucoup plus. Les douleurs musculaires, c’était quelque chose qui revenait souvent, comme les maux de tête. Cela voulait sûrement dire que c’était le genre de symptôme dont il ne fallait pas s’inquiéter. Mais, pour s’en assurer, Clarke remonta les manches du pantalon pour analyser les tibias et les cuisses de son parrain pendant qu’il divaguait encore un peu. Il n’y avait aucune anomalie physique, au moins, Tony ne perdrait pas ses jambes … Revenant à son chevet, Clarke posa une main sur le ventre de Tony. « Et là, ça fait mal ? Si oui, comment ? » Dans le ventre, il y avait des trucs très important. C’était pour ça qu’il ne fallait pas se faire frapper là par une épée. Donc si Tony avait mal là, c’était mauvais signe.

Laissant le temps à son parrain de réfléchir à tout ça, Clarke étala le cataplasme sur son torse avant d’aller chercher le repas. Même pas une seule seconde et Tony réclamait que ce soit enlever. Sans se retourner, Clarke lui lança une phrase sur le ton de la blague. « Si tu y touches, je te coupe la main et je l’utilise pour maudire un prêtre ! » Évidement, Clarke ne savait pas faire ça. Elle pourrait, mais non. Ce n’était pas son genre ! Mais ça … Tony ne le savait pas et, vu l’importance qu’il accordait à la religion, cette menace ferait sûrement mouche. À son retour, elle fut accueillie par le plus merveilleux des soupirs exaspérés. D’abord inquiète que l’odeur de son plat dise que ce soit un fiasco, elle fut rassurée en entendant le malade dire que tout allait bien. Oui … Et Clarke rêvait de visiter un couvent ! Préférant conserver son énergie à émettre ce diagnostic plutôt que de rentrer dans ce combat de coup de boule mortel avec cette mule encore plus entêtée qu’elle. S’agenouillant à nouveau, elle s’apprêta à servir la première bouchée lorsque Tony déclara voir la bestiole la plus dégueulasse de tous les temps sur l’épaule de Clarke. Ses yeux bleus s’écarquillant et la sueur froide coulant le long de sa tempe, la blonde fixait Tony d’un air tétanisé. « Tony, enlève ce truc tout.de.suite. » Ce dernier continuait de parler, comme s’il était dans son monde, mais Clarke ne l’écoutait même pas. Elle l’interrompait sans cesse en haussant le ton.  « Maintenant, Tony. Tony. Tony. Tony. TONY ! MAINTENANT BORDEL ! » Il s’exécuta, mais … Rien. Encore un de ses délires.

Clarke savait bien que ce n’était pas de sa faute et qu’il était la victime dans l’histoire, mais ça commençait à être trop. Déposant l’écuelle sur son parrain, elle se leva d’un air offusqué et fit face à un coin de la pièce, l’air renfrogné. Au moins, cette mésaventure lui fit comprendre quelque chose. Les hallucinations … C’était atypique comparé aux autres symptômes. Tony avait tout d’une très, très, grosse grippe, mais avec ça comme cerise … Fouillant dans sa mémoire, elle se rappela que certains experts commençaient à parler du « cerveau », un organe dans la tête qui gère la vue et l’équilibre. Et si c’était ce truc qui était affecté ? Ça causerait les maux de tête et la fièvre et une grosse fièvre était souvent accompagnée de douleurs musculaires. Le problème, c’est qu’il n’y avait aucun moyen de soigner cette chose … Si elle existait … Et disons qu’elle n’avait pas envie d’ouvrir la tête de son parrain pour en être sûre. Elle se retourna avec un air inquiet, se mordant la lèvre. « TonTony, je … Je crois que tu es malade du … Cerveau. » Le dernier mot sonna faux, la blonde ne sachant pas du tout comment le prononcer.    
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony StarkWHATEVER, JE SUIS
IRON MAN
Anthony Stark
ÂGE RÉEL : 27
MESSAGES : 2217
ANNIVERSAIRE : 23/07/1992
INSCRIPTION : 22/05/2018
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Dans un manoir à l'extérieur de Montréal
EMPLOI : PDG de la Stark Industries
❝  Seules les âmes très fortes peuvent supporter les grandes solitudes. ❞I'm gonna dieAnthony n’était pas un bon patient. Il avait beaucoup trop d’orgueil pour s’avouer malade et pour laisser quelqu’un prendre soin de lui. Même s’il connaissait Clarke et qu’il avait confiance en elle, Tony refusait de lui donner raison. Sauf qu’il était au plus bas. Il était complètement au bout du rouleau, il avait dû mal à endurer tout ce qui se passait dans son corps. Tantôt des frissons, tantôt de la chaleur, tantôt des hallucinations, tantôt des douleurs temporaires qui ne semblaient même pas être réelle. Néanmoins, il arrivait à répondre aux questions. Certes, il n’était pas détaillé dans ses réponses, il n’avait pas l’énergie pour décrire clairement tout ce qui se passait dans son corps. Il ne le comprenait pas lui-même. « Non pas mal. Froid. » Sa voix était légèrement plus forte. C’était probablement la pire chose qu’il ressentait en ce moment. Le froid le faisait grelotter tandis que ses dents claquèrent ensemble.

« Pas ma main… » dit-il avec la voix d’un enfant qu’on voulait punir. Mollement, il ramena sa main vers lui dans l’espoir de la protéger. Il abandonne bien vite l’idée de retirer le truc puant et brûlant qu’il avait sur le torse. Pourtant, cette soudaine chaleur devrait lui faire du bien, mais c’était complètement le contraire. C’était tellement désagréable. Des faibles gémissements s’échappèrent de ses lèvres alors qu’il bougeait la tête de gauche à droite comme si ça pouvait réellement chasser sa douleur. Heureusement pour Clarke, lorsqu’elle revint, Tony avait à peine bouger. Il bougea uniquement en sa présence pour se redresser dans son lit pour manger, mais il n’eut pas le temps de prendre une bouchée, car son attention fut déviée sur une bestiole très, très moche qui se baladait sur l’épaule de sa filleule. Bien vite, la jeune femme se mit à paniquer alors que le marchand essayait vraiment de retirer la bestiole. Après quelques coups sur l’épaule de Clarke, l’araignée visqueuse finit par partir et Tony la suivit du regard jusqu’à la fenêtre. « Elle est partie. Elle a volé ton truc qui pue. » Il faisait référence au petit bol en bois. Il avait vu le monstre imaginaire s’en saisir avant de quitter la demeure de Tony. « C’est pas important. Ça ne fait rien. » Il haussa les épaules. Il savait que ça allait déranger Clarke, mais il était facile de comprendre qu’il n’était pas totalement dans son état.

« Pas malade. Mon cerf de veau va très bien. » râla-t-il ne sachant même pas qu’est-ce que ça pouvait être. Peu importe ce que la jeune femme allait dire, il allait le contredire. Assumer sa maladie ? Non. Même s’il se sentait de plus en plus faible, il n’allait pas l’admettre. Clarke s’étant éloigné de lui, l’homme en profita pour s’allonger à nouveau. Il se sentait trop fatigué pour rester assis dans son lit. À nouveau couché, l’homme ferma les yeux et il réussit à profiter de quelques minutes de tranquillité avant que son corps soit pris de tremblements. Tout d’abord les jambes et lentement, les spasmes montèrent jusqu’à qu’il soit pris de convulsions incontrôlables. De son côté, il avait complètement perdu la carte, il ne savait plus ce qui se passait autour de lui.
2981 12289 0



You’re in a relationship
with me, nothing will ever be okay. I'm gonna die ▬ CLARKE&TONY Seahorse-vert

Voir le profil de l'utilisateur
Clarke GriffinWHATEVERClarke Griffin
ÂGE RÉEL : 22
MESSAGES : 98
ANNIVERSAIRE : 08/08/1997
INSCRIPTION : 09/04/2019
GROUPE : Groupe #4, au lycée.
QUARTIER RÉSIDENTIEL : Sud-Ouest
EMPLOI : Ex-chérurgienne, peintre
I'm gonna dieClarke et TonyElle n’avait jamais vu Tony être aussi exaspérant. En général, elle comptait la patience comme étant l’une de ses vertus (il le fallait bien, vu le travail compliqué et unique qu’elle accomplissait), mais sur ce coup-là, son parrain avait le don de vraiment l’énerver. À chaque fois, c’était un combat interminable. Peu importe ce qu’elle pouvait dire, il réfutait en bloc. Aucune logique, aucune réflexion, que du déni ou de l’ignorance. C’était en le voyant ainsi que la sorcière sut qu’il aurait fait un excellent prêtre.

Malgré tout ça, un gloussement quitta ses lèvres face à la réaction enfantine de Tony. Elle était quand-même surprise de le voir s’inquiéter de sa main plutôt de la chose impie qu’elle disait vouloir faire avec cette dernière. Toutefois, cette légère hilarité fut de courte durée puisque Tony déclara voir une araignée ou elle ne savait pas trop quel genre de monstre des enfers sur son épaule. Son sang se glaça et elle hurla à Tony de la retirer. Clarke, avoir une phobie de ces créatures ? Non, pas du tout ! Il suivi la supposée bestiole du regard, confirmant à Clarke qu’elle n’existait que dans son esprit fou. Soupirant longuement, elle cherchait quoi faire, développer un diagnostic, mais Tony nia tout en bloc. Encore. Bordel. « Tu sais même pas c’est quoi ! » Déclara-t-elle avec mauvaise foi. Elle non plus, elle ne savait pas vraiment. Rassemblant son calme, elle cherchait une manière de revenir à l’assaut et tirer les vers du nez de son pire patient à vie lorsque celui-ci commença à trembler encore et encore, le symptôme se répandant rapidement dans tout son corps. C’était très mauvais signe, tout ceux qui avaient fait ça étaient morts quelques secondes après … Non … Plaquant les épaules de Tony contre lit pour l’empêcher de trembler, Clarke ne trouva qu’une chose à faire : supplier. « Tony ! Ne me fait pas ça ! Je t’ai laissé me vomir dessus donc tu vas rester avec moi ! Non ! NON ! » Il arrêta de trembler, devenant parfaitement immobile, le regard vide. Répétant son dernier mot en boucle tout en enfonçant ses doigts dans ses cheveux tout en serrant très fort, Clarke commençait à perdre le contrôle. Les chaudes larmes coulant sur ses joues, un excès de colère et de désespoir l’envahit et elle frappa violemment le torse de sa seule famille. « CRÈVE PAS ESPÈCE DE CON ! »

La sorcière sursauta avec force lorsque Tony prit une grande inspiration avant de tousser et s’étouffer avec un liquide blanc et étrange. Par pur réflexe, elle le tira sur le côté et le liquide épais commença à couler hors de ses lèvres. Libérant sa respiration au bout de quelques secondes. Le relâchant, Clarke passa à nouveau ses mains dans ses cheveux. « Oh merde …. Oh merde … Oh merde … » Elle venait de frapper ET d’insulter Tony. Et elle l’avait ressuscité. En le frappant. Elle n’avait pas le temps de réfléchir à l’absence totale de logique dans ce qui venait de se passer. Son parrain ne voulait pas être en lien avec sa sorcellerie, mais là, c’était la seule solution. Et il n’était pas question que Clarke le laisse crever pour une valeur morale complètement idiote tandis qu’elle pouvait faire quelque chose ! En paix avec les conséquences qu’elle allait subir en faisant ça, elle se dirigea à la course vers son grimoire secret qu’elle gardait à la maison au cas où cette situation arriverait. Le feuilletant pendant de longues minutes, elle revint dans la chambre de Tony déterminée plus que jamais. « Tontony, tu ne me laisses pas le choix. Je vais te sauver. » Dit-elle en grimpant sur son lit et en se plaçant en califourchon par-dessus lui. Ignorant sil était conscient ou non, s’il essayait de résister ou quoi que ce soit, elle plaça ses mains sur son plexus solaire et entama une incantation qui dura une trentaine de secondes. Comme son livre l’indiquait, elle sentie une grande partie du mal de son parrain s’imprégner dans ses veines. Comme ça, la maladie était trop faible autant chez lui que chez elle pour résister bien longtemps … Si elle ne se trompait pas. Débarquant du lit, elle s’adossa à ce dernier en se demandant dans combien de temps elle allait ressentir les symptômes. « Alors … Ça va mieux … ? » Demanda-t-elle incertaine, craignant également son courroux.    
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» ๑ This is the part of me that you're never gonna ever take away from me
» You’re gonna miss me when I’m gone ♥ Maddie (terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: